Ecoutez Radio Sputnik
    Un soldat américain debout sur un blindé en Syrie

    Le retrait US de Syrie est un «geste adroit» contre la Russie, selon un ex-militaire US

    © AP Photo / APTV
    International
    URL courte
    38873

    Un ancien militaire américain a estimé que le départ des forces américaines de Syrie mettrait à mal la Russie et ses alliés qui combattent Daech sur place. Le terrorisme, quant à lui, a été mis de côté dans le discours de l’ex-colonel.

    Le retrait des troupes américaines de Syrie posera un «énorme problème» à la Russie en enfonçant un coin entre Moscou, Damas, Ankara et Téhéran, a estimé le colonel américain à la retraite Douglas MacGregor, s'exprimant sur Fox News.

    L'ex-militaire a activement salué le départ des forces américaines, qualifiant de «geste adroit» cette décision de Donald Trump, annoncée en décembre dernier. Évitant dans son discours le sujet de Daech*, Douglas MacGregor s'est focalisé sur les effets du départ américain sur la Russie.

    «En nous retirant, nous avons éliminé le facteur qui maintenait la cohésion de ces divers partenaires. Il n'y a aucune raison pour que les Turcs, les Russes et les Iraniens coopèrent, et c'est une bonne chose», a-t-il affirmé.

    Évoquant le départ des forces américaines des régions kurdes dans le nord de la Syrie, l'ex-colonel a poursuivi: «Nous avons fait en sorte que le gouvernement syrien entre. Nous nous sommes retirés. Nous avons créé un énorme problème pour M.Poutine, qui ménageait les Turcs. M.Poutine ménageait également ses alliés iranien et syrien. Il devra faire un choix».

    Le 19 décembre, Donald Trump avait annoncé que les États-Unis avaient écrasé Daech* en Syrie, précisant que la lutte contre le groupe terroriste avait été la seule raison de la présence militaire américaine dans le pays.

    Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a rapidement présenté sa démission et a publié une lettre évoquant ses divergences avec Donald Trump sur des questions clés. Plus tard, la Maison-Blanche a publié un communiqué déclarant que les États-Unis avaient commencé à retirer leurs militaires de Syrie.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Interpellation d’un preneur d'otages au Super U de Bessé-sur-Braye dans la Sarthe
    La Chine poursuit son offensive dans les Balkans et fait trembler Bruxelles
    Pas de soudure ni de point chaud: l'entreprise qui restaurait Notre-Dame livre sa version
    Tags:
    États-Unis, retrait des troupes, Iran, Turquie, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik