International
URL courte
9223
S'abonner

Le Président américain a déclaré qu'il était prêt à maintenir l'arrêt des activités gouvernementales pendant plusieurs mois et même des années, a déclaré Chuck Schumer, le chef des Démocrates au Sénat après la réunion avec Donald Trump qui a ensuite confirmé ses propos.

Défendant son projet de mur à la frontière sud des États-Unis, Donald Trump a averti les Démocrates qu'il était prêt à ce que la paralysie partielle de l'administration ne prenne pas fin, a écrit Bloomberg suite à la rencontre des représentants des Démocrates avec le Président à la Maison-Blanche.

«Nous avons dit au Président que nous avions besoin de la réouverture du gouvernement. Il a résisté. En fait, il a dit qu'il garderait le gouvernement fermé pendant une très longue période: des mois, voire des années», a déclaré à la presse Chuck Schumer, le chef des Démocrates au Sénat.

Interrogé par la presse, le Président a confirmé ses propos: «Absolument, c'est ce que j'ai dit», a-t-il déclaré avant d'ajouter qu'il doutait que ce serait le cas.

«Je suis prêt et je pense pouvoir parler au nom des Républicains à la Chambre des représentants et des Républicains au Sénat. J'espère que cela ne durera pas plus que quelques jours. Ça pourrait vraiment se rouvrir très rapidement, leur ai-je dit», a-t-il ajouté cité par Bloomberg.

Nancy Pelosi, la nouvelle présidente démocrate de la Chambre des représentants et Chuck Schumer ont rencontré le Président vendredi pour discuter d'un compromis sur la reprise des activités du gouvernement, qui a été partiellement bloqué le 22 décembre après que les Démocrates ont refusé d'inclure 5,6 milliards de dollars dans le budget de l'année prochaine pour la construction du mur frontalier avec le Mexique.

Lire aussi:

Macron nomme Jean Castex Premier ministre
Édouard Philippe démissionne du gouvernement
Didier Raoult répond à l’AP-HP qui l’avait accusé de «faux témoignage»
Le gendarme noir traité de «vendu» à une manifestation antiraciste brise le silence
Tags:
shutdown, Donald Trump, Mexique, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook