International
URL courte
96912
S'abonner

L’année 2019 sera beaucoup plus difficile du point de vue de la stabilité et de la croissance économiques à l’échelle mondiale, a assuré à l’agence de presse russe Regnum le PDG du Département d’analyse d’«Alpari Group».

Dans un entretien à Regnum, le PDG du Département d'analyse d'Alpari, Aleksandr Rasouvaïev, a mis en garde contre une éventuelle crise financière en 2019.

«Ni guerre mondiale ni crise financière internationale n'ont affecté la Terre en 2018. Cependant, cela ne veut pas dire que rien de pareil ne puisse se produire à l'avenir. Les guerres commerciales font désormais partie de notre quotidien, alors que l'augmentation des taux de la Fed aux États-Unis aurait plutôt un impact négatif sur l'économie internationale. Ce ne sont que les armes nucléaires qui empêchent l'éclatement d'un conflit international», estime-il.

Selon lui, l'année 2019 sera beaucoup plus difficile que l'année 2018, car le monde pourrait «frôler le gouffre».

«Une crise, comparable à celle de 2008, menace toujours le système économique mondial. Nous croyons que la «bulle» sur le marché américain explosera et que le monde fera face à une récession. Le pétrole, les devises et les actions des marchés en développement seront sous pression», a-t-il souligné.

Et de conclure: «En cas de crise pareille, le monde actuel dominé par le dollar a toutes les chances de se désintégrer en plusieurs zones monétaires, si bien que l'Occident perdra la majorité des parts au sein de l'économie mondiale et que la Chine deviendra le nouveau leader international».

Lire aussi:

Trump explique ce qu’il considère comme «le plus gros problème dans le monde», la Russie impliquée
«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
Macron a appelé Poutine pour discuter du vaccin russe contre le Covid-19 et de la Biélorussie
Historique: le PSG se qualifie pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la 1ère fois depuis 1995 - vidéos
Tags:
crise économique, économie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook