Ecoutez Radio Sputnik
    Al-Tanf, base militaire des États-Unis en Syrie

    Malgré le retrait annoncé, les militaires US pourraient rester dans le sud de la Syrie

    © AP Photo / Hammurabi's Justice News
    International
    URL courte
    8229

    Certaines unités des troupes des États-Unis pourraient rester dans le sud de la Syrie, bien que la Maison-Blanche ait annoncé le prochain départ des militaires américains de ce pays, rapporte la chaîne de télévision NBC, se référant à une source haut placée au sein de l’administration de Donald Trump.

    Le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, entend discuter du maintien éventuel de la base militaire d'al-Tanf avec les autorités israéliennes lors de sa visite à Tel Aviv qu'il a entamée samedi 5 janvier, apprend la chaîne de télévision NBC.

    À l'heure actuelle, quelque 200 soldats des États-Unis et de leurs alliés sont déployés sur cette base, proche de la frontière jordanienne. L'interlocuteur de NBC a appris que Washington se proposerait de demander aux autorités d'Israël et de la Jordanie à quel point cette base était importante et si elle devait rester là où elle se trouvait à présent.

    On constate que le maintien de la base d'al-Tanf signifierait la poursuite des efforts déployés par Washington pour diminuer l'influence de l'Iran dans la région.

    À la mi-décembre, Donald Trump avait annoncé la victoire sur Daech* en Syrie, en soulignant que c'était l'unique objectif de la présence des militaires américains dans ce pays. Il a par ailleurs insisté sur le départ le plus rapide possible des militaires américains de Syrie, martelant que les États-Unis ne joueraient plus le rôle de «gendarme du Moyen-Orient».

    Par la suite, la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, a fait savoir que les États-Unis avaient entamé le retrait de leurs troupes du territoire de la République arabe syrienne, mais que cela ne signifiait pas du tout la fin de la coalition.

    Les États-Unis et leurs alliés mènent depuis 2014 l'opération anti-Daech* en Syrie et en Irak. Quoi qu'il en soit, en Syrie, ils agissent sans l'aval des autorités syriennes qui la qualifient d'occupation. Près de 2.000 soldats américains étaient alors déployés en Syrie, qui avec les Forces démocratiques syriennes (FDS) contrôlaient les territoires dans l'est et le nord-est du pays, riches en ressources naturelles.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    «Les déclarations des hommes politiques américains deviennent de moins en moins crédibles»
    Un conseiller de Trump conditionne le retrait américain de Syrie
    Le département d’État US s’exprime sur le retrait des troupes de Syrie
    Tags:
    États-Unis, base militaire, retrait, coalition, Forces démocratiques syriennes (FDS), présidence américaine, NBC News, Daech, Sarah Huckabee Sanders, John Bolton, Donald Trump, Tel Aviv, Irak, Jordanie, Israël, Al-Tanf, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik