International
URL courte
3102
S'abonner

Des militaires se sont emparés lundi de la Radio nationale gabonaise pour lire un message appelant le peuple à «se soulever» et annonçant la prochaine mise en place d'un Conseil national de restauration, en l'absence du président Ali Bongo Ondimba, en convalescence au Maroc.

Des militaires gabonais ont pris lundi le contrôle de l'antenne de la radio d'État. Ils y ont lu un message déclarant avoir été déçus par l'allocution à la Nation du 31 décembre du président de la République, Ali Bongo, qui est actuellement en convalescence au Maroc, après avoir été victime d'un accident vasculaire cérébral fin octobre.

«Le message du chef de la Nation visant à clore le débat sur sa santé a plutôt renforcé les doutes sur sa capacité à assumer les lourdes charges liées à sa fonction de président de la République».

Les officiers ont également annoncé la mise en place d'un Conseil national de restauration.

Leur message a été diffusé vers 04h30 heure locale (05h30 GMT). La réception de la radio gabonaise, qui avait été coupé, est désormais rétablie, annonce RFI Afrique.

Selon une source proche du gouvernement, des coups de feu ont été entendus à proximité du siège de la télévision nationale. Des tirs ont été signalés dans le centre de Libreville, dans le quartier de la Radio nationale et des hélicoptères sont survolé la capitale.

Dans son discours du Nouvel an, il a reconnu souffrir de problèmes de santé mais a assuré qu'il se remettait.

La famille Bongo dirige le pays pétrolier depuis près d'un demi-siècle. Ali Bongo est arrivé au pouvoir à la mort de son père, Omar, en 2009. Il a été réélu de justesse en 2016 à l'issue d'une élection sous tension marquée par des accusations de fraude et de violentes manifestations.

Lire aussi:

Un avion d’Alitalia avec 300 personnes à bord bloqué à l'île Maurice par crainte du coronavirus
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Suspicion de coronavirus: les passagers confinés à Lyon dans leur bus en provenance d'Italie
Tags:
radio, militaires, coup d'Etat, Gabon, Libreville
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook