Ecoutez Radio Sputnik
    Québec

    Québec ou Canada français? Une question lourde de conséquences agite la Belle province

    CC BY 2.0 / meddygarnet
    International
    URL courte
    Jérôme Blanchet-Gravel
    11110

    Un grand débat a été relancé dans la Belle Province. Depuis les années 1970, les habitants du Québec se disent Québécois, mais il n'en a pas toujours été ainsi. Pour certains, les Québécois se sont coupés de leurs racines en abandonnant leur nom de «Canadiens français». On propose d'y revenir. Le compte rendu de Sputnik.

    Les habitants de la Belle Province sont-ils des Québécois ou des Canadiens français? Les deux, vous diront la plupart des gens qui y vivent. Pourtant, depuis les années 1970, seul le nom «Québécois» est utilisé. Avec la modernisation du Québec et la montée du mouvement souverainiste, le nom Canadien français a été abandonné. Un terme auquel se sont identifiés quelques millions de gens pendant plus d'un siècle.

    Pour la petite histoire, quand l'explorateur Jacques Cartier a planté sa croix à Gaspé en 1534, c'est le Canada et non le Québec qu'il a découvert. Une ville sera bien nommée Québec, plus haut sur la rive du fleuve, mais c'est le mot Canada qui allait être retenu. Les colons français deviendront rapidement des Canadiens.

    C'est lorsque les Britanniques ont conquis le Canada, en 1759, qu'une première rupture s'est produite. Pour les différencier des nouveaux Canadiens de souche anglaise, on parlera progressivement de Canadiens français, surtout après 1850. Le terme sera à son tour abandonné quand les nationalistes voudront prendre encore plus de distance avec le Canada anglais, à partir des années 1970. Quand les Québécois sont nés, le Canada français est devenu le Québec.

    Du Canada au Québec en passant par le Canada français

    Un jeune auteur a toutefois récemment relancé le débat. Dans un essai sous forme de roman intitulé La Maison mère (Éd. Boréal), Alexandre Soublière invite les Québécois à redécouvrir leur identité. Une redécouverte qui passerait par celle du Canada français. Pour retrouver leurs racines, les Québécois devraient accepter de se concevoir à nouveau comme des héritiers de ce vaste territoire qui s'étendait de Québec à la Nouvelle-Orléans. Le Canada français, ce serait d'abord un rapport particulier à la nature et au continent nord-américain.

    L'identité canadienne-française ne serait pas confinée au territoire du Québec, mais s'enracinerait aussi aux États-Unis. La preuve: non seulement la Nouvelle-France couvrait une grande partie du territoire actuel de ce pays, mais un million de Canadiens français s'y sont exilés entre le milieu du XIXe siècle et la Grande dépression de 1930.
    Soublière invite ses compatriotes à mettre en veilleuse le débat sur la souveraineté du Québec pour se reconnecter avec leur «américanité». Une proposition qui ne pouvait pas faire l'unanimité, tellement le lien entre le Québec et la France semble fort.

    «La nostalgie est au cœur de l'expérience canadienne-française», écrit Alexandre Soublière dans son livre, encensé par la critique.

    La proposition de Soublière a rapidement fait polémique. L'un des plus célèbres intellectuels au Québec, Gérard Bouchard, a écrit un texte dans le journal La Presse pour critiquer son projet. Selon M. Bouchard, les Canadiens français formaient autrefois une nation unie par les origines et la religion, ce qui poserait problème aujourd'hui. Si les Québécois recommençaient à se voir comme des Canadiens français, certains glisseraient vers le racisme, estime le sociologue.

    «Au lieu de s'efforcer à la coexistence pacifique en élargissant les visions du monde et les appartenances, on mettrait en place des frontières ethniques qui risqueraient de se transformer en barrières», écrit Gérard Bouchard. Un point de vue qui a été repris par d'autres intellectuels, même si le jeune auteur se défend de prôner le nationalisme ethnique.

    «Lorsque je prêche pour le retour de l'expression Canadien français, c'est non seulement une manière de reprendre notre place dans notre pays (au complet), mais c'est aussi un appel à recommencer à voir la réalité de façon lucide», écrit aussi Soublière dans La Maison mère.

    Soublière pense que les Québécois devraient se détacher de la France et se préoccuper davantage du sort de la francophonie canadienne. Sur ce point, les derniers mois n'ont pu que lui donner raison. En novembre 2018, le gouvernement conservateur de l'Ontario a annoncé qu'il abolirait certains services aux francophones, ce qui a rapidement soulevé l'indignation. Des milliers de Québécois ont témoigné leur soutien à leurs compatriotes de l'Ontario, dont les droits ont selon eux été bafoués.

    Les Québécois ont-ils abandonné les Franco-canadiens?

    En abandonnant le nom de «Canadiens français» dans les années 1970, les Québécois ont en quelque sorte abandonné les autres francophones du Canada, qui partageaient pourtant leur identité. De même, en voulant accéder à l'indépendance, les souverainistes québécois ont marqué une distance de plus entre les Québécois et les Franco-canadiens. Ce changement de cap a été vu par certains comme une véritable trahison de la part du Québec. Une réconciliation serait-elle maintenant à l'ordre du jour?

    Il est peu probable que les Québécois reviennent à leur ancien nom, mais le Canada français reste très présent dans leur imaginaire. Tous les samedis soirs d'hiver, ils sont encore des dizaines milliers à regarder jouer les Canadiens de Montréal, cette célèbre et mythique équipe de hockey. Si cette équipe changeait de nom, le Québec pourrait vivre une crise encore plus grande que celle provoquée en France par les Gilets jaunes…

     

    Lire aussi:

    Un parti politique veut annexer le Québec aux États-Unis
    Du passé, faisons table rase: le patrimoine historique malmené au Québec
    Coup de tonnerre au Québec: la droite autonomiste balaye les libéraux
    Tags:
    la Belle Province, Alexandre Soublière, Nouvelle-Orléans, Québec, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik