Ecoutez Radio Sputnik
    Crash du Falcon du PDG de Total à Vnoukovo

    Mort du PDG de Total à Moscou: la plainte déposée contre l’aéroport a été retirée

    © Sputnik . Maxim Blinov
    International
    URL courte
    383
    S'abonner

    Le groupe Unijet qui exploitait l’avion Falcon à bord duquel Christophe de Margerie a trouvé la mort en octobre 2014 à Moscou a retiré sa plainte contre l’aéroport de Vnoukovo.

    Le tribunal d'arbitrage de Moscou a classé sans suite la plainte de la société française Unijet contre l'aéroport moscovite de Vnoukovo, selon le correspondant de Sputnik présent dans la salle d'audience.

    Unijet exploitait l'avion Falcon 50 EX dont l'accident lors du décollage à Vnoukovo en octobre 2014 a provoqué la mort du PDG de Total Christophe de Margerie et des trois membres d'équipage.

    L'entreprise française réclamait initialement 6,7 millions d'euros de dommages et intérêts à l'aéroport international de Vnoukovo. Or, lors de l'audience du 16 janvier, le représentant du groupe a indiqué que ce dernier retirait sa plainte dans sa totalité et demandait le classement de l'affaire.

    Le 20 octobre 2014, le Falcon 50 EX de Christophe de Margerie a heurté un engin de déneigement après le début de sa procédure de décollage de l'aéroport. Le collision a provoqué une forte inclinaison à droite du jet privé qui s'est écrasé au sol. Toutes les personnes présentes à bord de l'appareil ont péri dans le crash.

    Après la survenue de cette catastrophe, le directeur de l'aéroport et son adjoint ont été contraints de démissionner. Le Comité d'enquête russe a accusé cinq employés de Vnoukovo de négligences qui avaient provoqué la chute de l'avion. Le conducteur de l'engin de déneigement a été condamné à quatre ans de prison et le chef du service de nettoyage des pistes, à trois ans.

    Tags:
    crash d'avion, plainte, justice, préjudice, Vnoukovo (aéroport), Dassault-Breguet Falcon 50, Unijet, Total, Christophe de Margerie, France, Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik