Ecoutez Radio Sputnik
    Un hélicoptère en Afghanistan

    Moscou dispose d’un «faisceau d’indices» liant les USA à Daech en Afghanistan

    © AFP 2019 Thomas Watkins
    International
    URL courte
    18723
    S'abonner

    La Russie estime que la récente attaque des forces spéciales états-uniennes contre une prison en Afghanistan pour en libérer des terroristes de Daech*, rapportée par les Talibans*, laisse suggérer que les USA cherchent à empêcher les terroristes de divulguer le nom de leurs sponsors. Une source de Sputnik sur place a confirmé l’attaque.

    Plusieurs terroristes ont été libérés par des soldats étrangers dans une province du nord-ouest de l'Afghanistan, a annoncé Abdullah Afzali, chef adjoint du conseil de la province de Badghis, dans une interview accordée à Sputnik.

    «Il y a trois jours, des militaires étrangers ont encerclé le secteur de Panjboz où étaient détenus des djihadistes de Daech* faits prisonniers par les Talibans* il y a cinq mois dans la province de Faryab. Les militaires étrangers ont tué entre 20 et 30 talibans* qui gardaient les prisonniers et ont libéré 38 terroristes qu'ils ont emmenés vers une destination inconnue», a-t-il dit.

    Il a ajouté que la population locale était au courant du lieu de détention des terroristes.

    «Les habitants ont vu les membres de Daech* de près. Ce sont en majorité des étrangers venus de Russie, de Chine, d'Ouzbékistan, du Tadjikistan et d'autres pays. Il y avait parmi eux des femmes», a encore affirmé Abdullah Afzali.

    Il a précisé que l'opération avait été lancée sous couvert de la nuit, avec appui aérien et terrestre.

    Les Talibans* avaient eux-mêmes fait part de cette attaque, parlant de l'implication de forces spéciales américaines.

    Le ministère russe des Affaires étrangères a donc indiqué pour sa part disposer de témoignages, «au moins indirects, si ce n'est directs, de liens entre les Américains et les membres de Daech*. Il est question de la récente déclaration du mouvement des Talibans* au sujet d'une opération des forces spéciales américaines en vue de s'emparer d'une prison dans la province afghane de Badghis».

    Un porte-parole des Talibans*, Zabihullah Mujahid, a écrit sur Twitter que des soldats américains avaient tué les gardes et emmené avec eux 40 membres de Daech* détenus dans une prison de la province de Badghis.

    «Les envahisseurs et les mercenaires américains attaquent la prison de Badghis pour libérer Daech*.»

    Le ministère russe a précisé dans ce contexte que l'établissement pénitentiaire avait pour détenus des terroristes de Daech* faits prisonniers dans le nord de l'Afghanistan en août 2018.

    «Un tel intérêt envers les membres de Daech* fait penser à une éventuelle tentative des États-Unis pour éviter toute fuite d'informations que ces prisonniers pourraient communiquer sur leurs soutiens réels», a fait remarquer le ministère.

    En outre, il a indiqué disposer d'informations selon lesquelles les services américains spécialisés se préparaient à lancer une série d'infox dans les médias afghans et occidentaux visant à discréditer la politique russe dans la région.

    «Ainsi, ils prévoient notamment d'accuser notre pays d'assistance à Daech*, y compris de transfert en Afghanistan de membres de ce groupe terroriste depuis la Syrie et l'Irak», a souligné le ministère.

    L'objectif en est évident, «détourner l'attention de la communauté internationale des échecs durant campagne afghane des États-Unis qui dure depuis plus de 17 ans», a-t-il noté.

    Selon l'auteur d'un article paru récemment dans The National Interest, Washington ne progresse pas dans la pacification de l'Afghanistan. Les forces des Talibans* n'ont jamais contrôlé autant de territoires depuis 2002: près de 60% du pays, selon des estimations.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Tags:
    attaque, terrorisme, discréditation, détenus, prison, forces spéciales, Sputnik, The National Interest, Twitter, Inc, ministère russe des Affaires étrangères, Daech, Taliban, Irak, Syrie, Tadjikistan, Ouzbékistan, Chine, États-Unis, Russie, Afghanistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik