International
URL courte
8317
S'abonner

Le ministère algérien de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche a réfuté mercredi 16 janvier les allégations publiées par un média marocain, Le 360, quant à la teneur en pesticides et autres substances phytosanitaires des produits agricoles que l'Algérie exporte.

Réagissant à la polémique relancée par le média marocain Le 360 concernant la qualité des produits agricoles algériens exportés vers l'étranger, Kamel Chadi, secrétaire général du ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, a affirmé mercredi 16 janvier que les produits refoulés par certains pays n'avaient «aucun lien avec leur qualité». Le responsable s'était exprimé lors d'une rencontre avec des industriels producteurs de tomates en conserve, selon l'Algérie Presse Service (APS).

Selon M.Chadi, les produits dont certains pays ont refusé l'accès sur leur territoire ces dernières années «n'ont aucun lien avec la qualité» de ces derniers, «mais sont en rapport avec les procédures administratives et légales et les opérations d'emballage et d'étiquetage concernant l'opérateur exportateur», a-t-il précisé.

Réagissant aux propos tenus par le site marocain d'information Le 360, qui a qualifiés les produits algériens de «pestiférés» à cause de leur teneur en pesticides et autres substances phytosanitaires, le responsable a été catégorique. «Concernant les données relatives à l'utilisation des engrais, des pesticides et des médicaments, l'Algérie respecte ces normes, comparée à certains pays voisins et amis», sans les nommer, «mais l'allusion au Maroc est claire», selon le site d'information Tout Sur l'Algérie (TSA), dans son édition du 17 janvier.

Le ministère de l'Agriculture, selon Kamel Chadi, a décidé d'offrir une formation aux opérateurs exportateurs de produits agricoles sur les différentes procédures légales et administratives ainsi que les précautions relatives à la sécurité, afin d'éviter la récurrence de cas de renvois de marchandises exportées vers l'étranger.

«Les autorités mauritaniennes feraient bien de jeter un regard méticuleux sur les produits agricoles algériens qui viennent de débarquer dans le nord du pays», écrivait le site d'information marocain Le 360 dans son édition du 13 janvier. Le site internet réagissait au début des opérations d'exportations algériennes vers la Mauritanie et les pays de l'Afrique de l'Ouest.

Tout en signalant que les produits agricoles algériens étaient «indésirables en Europe, en Amérique du nord, en Russie, dans les pays du Golfe, en Tunisie…» et dans tous les pays du monde ayant «instauré un minimum de contrôle à leurs frontières», Le 360 affirme que la cause est la non-conformité de ces produits aux règles de santé.

«Les normes phytosanitaires des produits agricoles algériens sont loin de répondre aux standards internationaux de sécurité sanitaire des aliments (multiples maladies et fortes concentrations en pesticides et autres produits phytosanitaires nocifs)», a-t-il souligné.

Au début du mois de décembre 2018, Ahmed Ouyahia, Premier ministre algérien, a annoncé que sur les neuf premiers mois de l'année 2018, l'Algérie a exporté pour 57 millions de dollars de produits agricoles. Les exportations agroalimentaires algériennes vers la France, la Russie, le Qatar et le Canada ont connu une augmentation importante, passant de 33,4 millions de dollars entre 2013 et 2016 à 49,4 millions de dollars en 2017, selon le responsable.

Lire aussi:

Le monde menacé d’une crise alimentaire, alerte l'Onu
La NASA prépare une frappe sur un astéroïde fonçant vers la Terre
Un rapport remis par le Pr Raoult il y a 17 ans prédisait le chaos à venir mais le gouvernement l’a ignoré
Tags:
santé publique, pesticides, fruits, normes, légumes, exportations, Ahmed Ouyahia, Algérie, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook