Ecoutez Radio Sputnik
    Hard Brexit

    J-70 avant un Brexit sauvage, l'inquiétude saisit les capitales européennes

    CC BY 2.0 / Jonathan Rolande
    International
    URL courte
    Par
    Avec ou sans accord: Londres et Bruxelles au seuil du Brexit (2019) (73)
    9511
    S'abonner

    À peine plus de 70 jours avant le Brexit, Londres ne sait pas où elle va. Le Parlement prend le Royaume-Uni au dépourvu en rejetant massivement le plan de sortie de l'UE imaginé par Theresa May. En Europe, certains «intensifient les préparatifs», tandis que d'autres proposent de reporter le Brexit, mais le temps presse pour Londres.

    Theresa May a survécu le 16 janvier dernier à la motion de censure qui menaçait son gouvernement. Malheureusement pour le Premier ministre britannique, sa survie politique n'efface pas la débâcle historique qu'elle a vécue la veille, en soumettant son plan de sortie de l'Union européenne. La locataire du 10 Downing Street a en effet subi le plus grand revers de l'histoire politique britannique du dernier siècle, en soumettant au vote du Parlement son accord sur le Brexit.

    Âprement négocié auprès de l'Union européenne, mais contesté à la fois par le ((Labour)) et par l'aile conservatrice des Conservateurs, le texte a été largement rejeté puisque 432 des 650 députés ont voté contre. Un résultat qui a fait des vagues dans toutes les chancelleries d'Europe, où l'inquiétude s'est rapidement fait sentir, bien que celle-ci se soit manifestée de différente manière suivant les États.

    «Dépêchez-vous, car le 29 mars, c'est demain», a déclaré Nathalie Loiseau, ministre des Affaires européennes, à l'attention de Londres.

    Certains membres de l'Union européenne ont rapidement réagi afin d'annoncer qu'ils accéléreraient les préparatifs de leur plan national en cas de «Hard Brexit».
    Logiquement, l'Irlande, qui est le pays le plus directement affecté par la sortie de Londres de l'Union européenne, a été l'un des premiers États à réagir. Dans un communiqué publié peu après l'annonce des résultats du vote à Westminster, Dublin a déclaré «intensifier les préparatifs pour [faire face à] un Brexit désordonné».

    Même son de cloche à Rome, où le Premier ministre, Giuseppe Conte, a annoncé que l'Italie «[intensifierait] ses efforts pour être prête à tous les scénarios, y compris celui d'un retrait sans accord» et ce, afin de «limiter les conséquences négatives du Brexit.»

    Cependant, les deux poids lourds européens, Paris et Berlin, ont adopté un discours plus mesuré. En France, dont l'activité économique littorale dépend beaucoup des échanges avec le Royaume-Uni, le gouvernement a fait plusieurs annonces. Si Édouard Philippe a annoncé une réunion ministérielle pour «faire le point sur les préparatifs [du Brexit, ndlr] et les accélérer», l'exécutif n'a pour autant pas tardé à se montrer favorable à un report de la date du Brexit pour trouver un compromis qui éviterait le saut dans l'inconnu que représenterait un «Hard Brexit».

    «Juridiquement et techniquement, c'est possible», affirmait sur France Inter la ministre des Affaires européennes à propos d'un éventuel report de la date du Brexit au lendemain du vote du Parlement britannique. Elle a ajouté qu'il faudrait que Londres «le demande et qu'il y ait un accord à l'unanimité des 27 autres membres de l'Union européenne».

    Une possibilité également évoquée par le Président de la République lors de l'ouverture du grand débat national à Grand Bourgtherould, le 16 janvier dernier. Devant un public de pêcheurs, en première ligne sur la question du Brexit à cause des questions de droit maritime, notamment dans le canal de la Manche, Emmanuel Macron a déclaré:

    «Première option: ils vont vers le no-deal. […] Deuxième option, ils disent "on va essayer d'améliorer ce qu'on peut obtenir des Européens." […] Troisième option —et à mon avis, ils vont commencer par la deuxième et ça finira par la troisième- ils vont dire "au fond, on va prendre plus de temps", donc ils vont demander à avoir un plus grand délai.»

    L'hypothèse d'un report du Brexit au-delà du 29 mars a aussi fait son chemin outre-Rhin, puisqu'Angela Merkel s'est exprimée le 16 janvier face à la presse pour regretter l'issue du vote de la veille à Westminster, mais aussi pour montrer sa disposition à accorder un délai supplémentaire à Londres.

    «Nous voulons que les dommages, et il y en aura dans tous les cas, soient aussi faibles que possible. Alors bien sûr, nous essaierons de trouver une solution ordonnée ensemble. Nous avons encore le temps de négocier, mais nous attendons maintenant ce que la Première ministre propose.»

    En résumé: un report, pourquoi pas, à condition que Londres soit force de proposition. Mais si pour les Européens, la date d'effet du Brexit peut être discutée, ce n'est pas le cas de l'accord en lui-même.

    «On était au bout de ce qu'on pouvait faire dans l'accord, et on ne va pas, pour essayer de régler un problème de politique intérieure britannique, ne pas défendre les intérêts des Européens», a déclaré Emmanuel Macron le 16 janvier dernier.

    Et il n'est pas le seul à penser que l'accord sur le Brexit «ne peut pas être rouvert», puisque d'autres États membres, à l'instar de l'Autriche, ont écarté toute éventuelle renégociation de l'accord de sortie déjà rédigé, coupant ainsi l'herbe sous le pied de Theresa May, qui espérait pouvoir arracher de nouvelles concessions à Bruxelles.

    Dossier:
    Avec ou sans accord: Londres et Bruxelles au seuil du Brexit (2019) (73)
    Tags:
    report, sortie de l'UE, accord, négociations, Giuseppe Conte, Nathalie Loiseau, Theresa May, Emmanuel Macron, Angela Merkel, Irlande, Rome, Bruxelles, Royaume-Uni, Italie, Londres, Autriche, Paris, France, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik