Ecoutez Radio Sputnik
    La ville d'Idlib

    Lavrov estime que la présence du foyer terroriste d’Idlib ne peut durer infiniment

    © REUTERS / Ammar Abdullah
    International
    URL courte
    10342

    Malgré l’accord russo-turc établissant une zone démilitarisée à Idlib, deux tiers de ce territoire se trouvent entre les mains des djihadistes du Front al-Nosra*, a déclaré le chef de la diplomatie russe.

    Le Front al-Nosra viole l'accord sur la zone démilitarisée d'Idlib, dernier fief djihadiste dans le nord-ouest de la Syrie, a indiqué Sergueï Lavrov lors d'un point presse tenu ce vendredi à Moscou. Le chef de la diplomatie russe a également ajouté que la création d'une zone tampon dans le nord de la Syrie sera abordée lors des discussions prévues avec les autorités turques la semaine prochaine.

    «Près de 70% de cette zone sont déjà tenus par les terroristes», a fait savoir le ministre, tout en ajoutant qu' «il est impossible de maintenir infiniment ce, de facto, dernier foyer de terrorisme sur le territoire syrien».

    «La Turquie a été considérablement préoccupée par les possibles risques à ses frontières. À ce jour, on peut quand même constater une certaine tendance positive, liée entre autres au fait que l'armée syrienne, appuyée par la police militaire russe, s'est dirigée vers ce secteur. Certains accords entre les États-Unis et la Turquie ont commencé à prendre forme», a poursuivi Sergueï Lavrov.

    «Nous discuterons en détail de ces zones avec nos collègues turcs la semaine prochaine», a-t-il fait savoir.

    Évoquant également le sommet Russie-Turquie-France-Allemagne sur la Syrie, tenu en Turquie en octobre dernier, M.Lavrov a espéré que les accords obtenus lors de cette rencontre quadripartite seront mis en place dans les plus brefs délais.

    Les Présidents turc, russe, français et la chancelière allemande se sont réunis le 27 octobre à Istanbul pour examiner la situation en Syrie. La situation en Syrie, l'accord sur Idlib et le règlement politique, en insistant sur l'établissement d'un Comité constitutionnel syrien à Genève qui devrait être reconnu par toutes les parties en conflit en Syrie, étaient à l'ordre du jour.

    Lire aussi:

    Un tremblement de terre secoue Athènes - images
    L’Iran rappelle aux États-Unis leur situation géographique
    Téhéran estime que Washington a abattu l'un de ses propres drones par erreur
    Tags:
    zone démilitarisée, Sergueï Lavrov, Turquie, Idlib, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik