Ecoutez Radio Sputnik
    Edimbourg, Ecosse

    Brexit: «le gouvernement britannique fait preuve d’irresponsabilité»

    © Sputnik . Alexei Filippov
    International
    URL courte
    Avec ou sans accord: Londres et Bruxelles au seuil du Brexit (2019) (47)
    839

    Un second référendum sur le Brexit est la condition sine qua non pour que l’Écosse reste partie intégrante du Royaume-Uni, a déclaré la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon après le rejet massif par le Parlement britannique de l’accord avec l’UE. Sputnik en a discuté avec un membre du Parti national écossais (SNP) au pouvoir à Edimbourg.

    Farouchement opposé à la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le Parti national écossais (SNP), au pouvoir à Edimbourg, réclame la tenue d'un second référendum d'autodétermination de l'Ecosse, mais la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon n'en a toujours pas fait l'annonce.

    «Je pense que la Première ministre [Nicola Sturgeon, ndlr] souhaite recevoir des assurances quant aux démarches du gouvernement britannique concernant ses intentions de retirer le pays de l'UE et des conséquences éventuelles de ce processus. […] À mon avis, avant que la Première ministre n'annonce l'organisation d'un second référendum, nous devons comprendre ce que le gouvernement du Royaume-Uni propose justement à l'Écosse», a déclaré à Sputnik l'ancien député britannique Paul Monaghan, membre du Parti national écossais.

    Selon ce dernier, dans la situation actuelle, il y a deux scénarios possibles de l'évolution des événements: soit le refus du Brexit ou le Brexit sans la conclusion d'un accord avec l'Union européenne.

    «Comme Theresa May a déclaré haut et fort que le Royaume-Uni ne manquerait pas de quitter l'UE, on comprend que la seule possibilité à ce jour, c'est le Brexit sans la conclusion d'un accord avec l'Union européenne», a constaté l'interlocuteur de l'agence.

    À la question de savoir pourquoi Ian Blackford [chef du SNP à la Chambre des Communes du parlement britannique, ndlr] soutient toujours Theresa May, M.Monaghan a répondu:

    «Je ne pense pas qu'il soutienne Theresa May. Je pense qu'il soutient tout simplement une résolution raisonnable de la crise créée par le gouvernement britannique, ce qui ne signifie pas du tout le soutien accordé à Theresa May».

    Et d'ajouter que tous voudraient sans doute une sortie constructive de la crise.

    «Les gens s'inquiètent pour leur travail, pour ce qui pourrait arriver à leurs familles et à leurs voisins qui pourraient être citoyens de l'UE. J'estime que le gouvernement britannique fait preuve d'irresponsabilité, en agissant contre la volonté d'autres partis et se déclarant prêt à des négociations entre les partis à condition que la discussion ne porte que sur les questions importantes pour le seul Parti conservateur. Il en ressort que la seule possibilité, c'est le Brexit sans la conclusion d'accords avec l'Union européenne», a résumé l'Écossais.

    À moins de trois mois de la date butoir du Brexit, prévu pour le 29 mars prochain, le Royaume-Uni ne sait plus quoi faire du Brexit depuis le rejet de l'accord avec l'Union européenne. L'incertitude plane sur l'avenir tant du Royaume-Uni que de l'Union européenne. Les Écossais reviennent à la charge avec leur volonté d'indépendance, réclamant l'arrêt du processus de Brexit et un second référendum sur le Brexit.

    Lors du référendum du 23 juin 2016, l'Écosse avait majoritairement voté contre une sortie du Royaume-Uni de l'UE.

    Dossier:
    Avec ou sans accord: Londres et Bruxelles au seuil du Brexit (2019) (47)

    Lire aussi:

    L’humoriste proche de Macron Yassine Belattar a été placé en garde à vue
    Plusieurs Roms lynchés dans les banlieues de Paris pour des fausses rumeurs (vidéos choc)
    Souveraineté d’Israël sur le Golan: Riyad commente la décision de Trump
    Tags:
    indépendance, référendum, accord, sortie, Brexit, Sputnik, Union européenne (UE), gouvernement britannique, parlement britannique, Chambre des communes (Royaume-Uni), Parti national écossais (SNP), Ian Blackford, Paul Monaghan, Theresa May, Nicola Sturgeon, Europe, Edimbourg, Écosse, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik