Ecoutez Radio Sputnik
    Israël

    Israël dit avoir attaqué des «cibles iraniennes» et des «batteries de la DCA» en Syrie

    CC0 / edu_castro27
    International
    URL courte
    32648

    L’armée israélienne a affirmé avoir frappé cette nuit des sites militaires iraniens en Syrie. Elle a également indiqué avoir riposté à des tirs de la DCA syrienne en frappant «plusieurs batteries».

    L'aviation de l'armée israélienne a bombardé dans la nuit de dimanche à lundi des sites de la force iranienne Al-Qods en Syrie et, après avoir essuyé des tirs de la DCA syrienne, ont frappé également des batteries de la défense syrienne, a annoncé Tsahal.

    «Le raid a ciblé des sites militaires de [la force iranienne, ndlr] Al-Qods en Syrie, dont des dépôts de munitions, un site dans la zone de l'aéroport international de Damas, un centre du renseignement iranien, un camp d'entraînement iranien», précise-t-on dans un communiqué.

    «Des dizaines de missiles d'interception syriens ont été tirés lors du raid en dépit de la mise en garde contre toute tentative d'ouvrir le feu. Par conséquent, plusieurs batteries de la DCA syrienne ont été attaquées», poursuit le document.

    L'Iran n'a pas pour l'heure commenté ces informations.

    La défense antiaérienne syrienne a paré l'attaque en détruisant une trentaine de missiles de croisière et de bombes aériennes guidées, a, de son côté, annoncé lundi matin le Centre national de gestion de la défense russe. L'établissement a également indiqué que quatre militaires syriens avaient été tués et six autres blessés lors du raid.

    Dimanche 20 janvier, la DCA des forces gouvernementales syriennes avait déjà repoussé une attaque de l'aviation israélienne et abattu sept missiles, dans le sud de la Syrie.

    Israël a frappé des cibles en Syrie à de nombreuses reprises, visant l'armée syrienne, le Hezbollah libanais ou ce qu'il considère comme des positions de l'armée iranienne.

    Tags:
    bombardement, Iran, Syrie, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik