Ecoutez Radio Sputnik
    Huawei

    Le géant chinois Huawei a choisi l'Algérie pour commencer à s’implanter en Afrique

    © REUTERS / Ng Han Guan
    International
    URL courte
    9420

    Le groupe chinois des télécommunications Huawei a lancé mardi 22 janvier son premier smartphone assemblé en Algérie, l'Y7 Prime, destiné à une clientèle «jeune et dynamique, accro à la photographie, au Web et aux réseaux sociaux».

    La société chinoise Huawei, qui est devenue depuis peu le numéro deux mondial des smartphones, devant Apple et derrière Samsung, a officialisé le lancement de sa première usine en Afrique, une coentreprise avec la société algérienne AFGO-TECH, lors d'une conférence de presse. L'usine, qui emploie une centaine de personnes dont 18 ingénieurs formés au siège de Huawei en Chine, «est dotée d'équipements de dernière génération et fait appel aux technologies des plus novatrices», ont indiqué des responsables de la marque en Algérie.

    Ils ont affirmé que la mise en place de l'entreprise répondait aux orientations du gouvernement algérien, qui a suspendu l'année dernière ses importations d'articles électroménagers et de téléphones mobiles pour équilibrer la balance commerciale.

    Le coût du projet n'est pas communiqué.

    Selon Amine Harzelli, directeur commercial chez Huawei Algérie, l'entreprise est capable de produire 15.000 smartphones par mois.

    Mais ce nombre «est toutefois flexible, selon les besoins du marché», a-t-il indiqué.

    Avec cette usine, le géant chinois espère augmenter sa part de marché, actuellement estimée à 16%, en chute après l'entrée en vigueur des interdictions sur les importations, écrit le HuffPost. Six ou sept modèles de smartphones seront assemblés dans cette usine cette année et le premier a vu le jour mardi.

    Toujours selon les responsables de la marque, ce premier produit assemblé en Algérie vise une «cible jeune et dynamique, accro à la photographie, au Web et aux réseaux sociaux».

    Il s'agit ainsi d'un modèle de moyenne gamme, proposé en précommande à 31.900 dinars algériens, soit environ 235 euros, en deux couleurs, noir et bleu, souligne encore le journal.

    Ces derniers mois, Huawei vit une période difficile en faisant face au rejet de ses équipements au Canada, aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne et en République tchèque en raison de soupçons d'espionnage.

    Lire aussi:

    Bill Clinton en robe bleue et pas que… Des trouvailles extravagantes dans une résidence d’Epstein – images
    Un énorme requin blanc filmé à quelques centimètres d’une cage de plongeurs – vidéo
    Un «souvenir» de vacances illégal pourrait coûter leur liberté à deux Français
    Tags:
    marché, projet, importations, coentreprise, smartphones, Huffington Post, Samsung, Apple, Huawei, République tchèque, Allemagne, France, Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande, Australie, États-Unis, Canada, Afrique, Algérie, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik