International
URL courte
370
S'abonner

Abderrahmane Dahmane, ex-conseiller à l’Élysée de Nicolas Sarkozy, n’aurait pas été missionné par le général-major à la retraite Ali Ghediri pour le représenter à l’étranger pour la campagne présidentielle d’avril 2019 en Algérie. Selon un membre de la campagne du candidat Ghediri, cette information est une «pure invention».

La déclaration d'Abderrahmane Dahmane, ex-conseiller à l'Élysée de Nicolas Sarkozy, le 22 janvier, à un site d'information français, faisant état de sa nomination par le général-major à la retraite Ali Ghediri, comme son directeur de campagne à l'étranger, serait fausse. Selon Me Mokrane Aït Larbi, membre de la campagne du général, candidat à l'élection présidentielle du 18 avril 2019 en Algérie, cette affirmation est une «pure invention».

«Personne n'a été chargé de représenter le candidat Ali Ghediri à l'étranger», a affirmé l'avocat, cité par le journal El Watan. «Tout ce qu'on peut lire, par ci et par là à ce propos, n'est que pure invention», a-t-il encore précisé.

Le 22 janvier, M. Dahmane aurait affirmé dans une déclaration que le candidat Ali Ghediri l'avait chargé de mettre en place les comités de soutien à l'étranger.

Au début de sa carrière politique en France, Abderrahmane Dahmane s'est présenté comme candidat aux élections municipales de 2001, sur la liste de Philippe Séguin à Paris. De 2005 à 2007, il est nommé secrétaire national à l'UMP, chargé des relations avec les associations de Français issus de l'immigration.

Après sa participation active à la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, il est nommé par ce dernier comme conseiller à l'Élysée, chargé de la même mission qu'à l'UMP. Il a également été décoré de la Légion d'honneur par Nicolas Sarkozy. En février 2009, il quitte l'Élysée pour le poste d'inspecteur général de l'Éducation nationale. Le 14 janvier 2011, il est nommé, à nouveau, conseiller technique chargé de l'intégration et de la diversité à l'Élysée. Une fonction qu'il occupe moins de deux mois, avant d'être limogé par Sarkozy, pour avoir critiqué le débat sur la laïcité et l'islam voulu par l'UMP.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
La plus forte augmentation de cas de Covid-19 en France en 24 h depuis fin avril
Tags:
campagne, élection présidentielle, Ali Ghediri, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook