Ecoutez Radio Sputnik
    Maria Zakharova

    Pour la diplomatie russe, Paris cherche à se débarrasser des médias «incommodes»

    © Sputnik . Grigori Sysoev
    International
    URL courte
    27501

    La loi française censée lutter contre la manipulation de l’information ressemble plutôt à une tentative de Paris de se débarrasser des médias exprimant des points de vue incommodes, et ce avec la complaisance de l’OSCE, a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

    En adoptant des lois discriminant les médias, y compris russes, les autorités françaises n’ont pas l’air de lutter contre les fausses informations, mais plutôt de chasser les indésirables, a lancé ce mercredi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

    «Alors que les médias russes en France font toujours l’objet de discrimination, ces lois ressemblent plutôt à une tentative de Paris de se créer une base juridique supplémentaire pour purger l’espace médiatique en éliminant les points de vue incommodes sous le prétexte de lutter contre la désinformation», a indiqué la diplomate.

    Adoptées en novembre et promulguées le 22 décembre, les nouvelles lois sur la lutte contre la manipulation de l’information «ont été critiquées par certains experts en France, des associations de journalistes, des ONG et des médias comme Le Monde et Le Figaro», a rappelé Mme Zakharova.

    Toutefois, les autorités françaises n’ont jamais réagi aux «questions, propositions et demandes» de Moscou de lui présenter les articles, notamment publiés par des médias russes, «qui pourraient être considérés comme de fausses nouvelles, une désinformation ou des données inexactes», a-t-elle noté.

    Dans ce contexte, la porte-parole a qualifié de deux poids, deux mesures la position adoptée par le représentant de l’OSCE pour la liberté des médias Harlem Désir à l’égard de la nouvelle loi française discriminant les médias. Selon elle, M.Désir, qui n’a critiqué ces lois que deux mois après leur adoption en novembre 2018, s’est en plus attaqué aux aspects les plus insignifiants, tout en considérant ces textes comme conformes aux normes.

    «Une réaction aussi lente [à l’adoption de la loi française, ndlr] contraste nettement avec une position particulièrement négative, par exemple, à l’égard des projets de loi russes destinés à lutter contre les tentatives de publier des informations non fiables dans les médias ou d'insulter l'État sur internet […]. Pourquoi ce deux poids, deux mesures? Pourquoi a-t-il fallu attendre deux mois pour voir une réaction, très réticente, aux lois françaises limitant les libertés des médias d’une manière flagrante? […] Pourquoi lorsqu'il s’agit de la Russie, la réaction est foudroyante, elle arrive une heure après les premières informations? C’est très étrange», a noté Mme Zakharova.

    D'après les nouvelles lois, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a le droit de suspendre des médias pendant une période de campagne électorale, s’il juge qu’ils diffusent de fausses informations. Les plates-formes numériques (Facebook, Twitter, etc.) sont soumises à des obligations de transparence lorsqu'elles diffusent des contenus contre rémunération.

    Lire aussi:

    La France tacle durement les États-Unis sur l’Otan et les F-35
    Ils se battent à bord d’un avion Ryanair à cause d’une femme aux pieds nus (vidéo)
    Poutine pose en ukrainien une question piquante aux autorités de Kiev
    Tags:
    censure, deux poids deux mesures, discrimination, médias, loi anti-fake news, Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA), ministère russe des Affaires étrangères, OSCE, Harlem Désir, Maria Zakharova, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik