Ecoutez Radio Sputnik
    Abdelaziz Bouteflika

    Un mouvement «citoyen» cherche à discréditer l’élection présidentielle en Algérie

    © AP Photo / Anis Belghoul
    International
    URL courte
    6610

    Un mouvement «citoyen» algérien, «Mouwatana», dirigé, entre autres, par d’anciens responsables gouvernementaux, a appelé tous les candidats à la présidentielle d’avril 2019 à se retirer dans une démarche visant à discréditer le scrutin, dans le cas où Bouteflika est candidat. Le même scénario a eu lieu lors de l’élection d’avril 1999.

    Après la convocation du corps électoral le 18 janvier en Algérie pour l'élection présidentielle du 18 avril 2019, le mouvement «citoyen Mouwatana (Citoyenneté)», fondé par d'anciennes personnalités politiques de haut rang, a appelé tous les candidats à discréditer ce scrutin en se retirant, en cas de candidature du Président sortant Abdelaziz Bouteflika.

    «Mouwatana» doit «tout faire pour empêcher un éventuel cinquième mandat [de Bouteflika, ndlr]», a déclaré dimanche Soufiane Djilali, coordinateur du mouvement et président du parti politique Jil Jadid, selon le site d'information Observ'Algérie. Dans ce sens, le mouvement «Mouwatana» a lancé un appel solennel à tous les candidats pour un retrait collectif de la course électorale dans le cas où le Président Bouteflika est candidat.

    Parmi les anciens responsables politiques membres de «Mouwatana», figurent l'ancien Premier ministre de Bouteflika, Ahmed Benbitour, et l'ex-ministre du Trésor Ali Benouari, du gouvernement d'Ahmed Ghozali (1991).

    Lors des élections présidentielles d'avril 1999, année de l'accession de Bouteflika au pouvoir, six des sept candidats à la présidence avaient décidé de se retirer pour dénoncer «la fraude massive» ayant entaché l'élection.

    Depuis le 18 janvier, date de convocation du corps électoral en Algérie par le Président pour l'élection présidentielle du 18 avril 2019, 62 personnes ont déjà déposé leur lettre d'intention de candidature, selon un communiqué du ministère algérien de l'Intérieur, publié sur son site officiel ce mercredi 23 janvier.

    Le mandat du Président Abdelaziz Bouteflika expire le 28 avril prochain. Son camp l'appelle depuis plusieurs mois à se représenter pour un cinquième mandat, mais M.Bouteflika, 81 ans, n'a pour l'heure pas fait part de ses intentions.

    Selon la loi, les candidats éventuels ont 45 jours à partir de la publication du décret, soit jusqu'au 4 mars, pour déposer leur dossier auprès du Conseil constitutionnel.

    Lire aussi:

    Deux CRS retrouvés morts en France en quelques heures
    Un avion militaire libyen armé de missiles air-sol viole l’espace aérien tunisien et atterrit en urgence – images
    «Je ne veux pas tuer 10 millions de personnes»: Trump dit qu'il pourrait gagner la guerre en Afghanistan en une semaine
    Tags:
    discréditation, boycott, élection présidentielle, Abdelaziz Bouteflika, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik