International
URL courte
280
S'abonner

Dans le cadre de sa «politique d'ouverture sur le monde extérieur», Pékin souhaite accueillir les investisseurs étrangers, notamment français, et compte renforcer ses relations avec la France dans les domaines de l'électronucléaire et des innovations, a récemment déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères à Emmanuel Macron.

Lors de négociations avec Emmanuel Macron le 23 janvier à Paris, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a déclaré que Pékin était prêt à rendre son économie plus ouverte pour attirer les investissements étrangers, notamment français, a indiqué ce jeudi le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué publié sur son site.

«La Chine intensifie sa politique d'ouverture sur le monde extérieur. Nous sommes prêts à accorder aux investisseurs étrangers, y compris français, des conditions de collaboration encore plus optimales», a-t-il annoncé.

Wang Yi a également souligné que son pays souhaitait renforcer ses relations avec la France dans de nombreux domaines, notamment ceux de l'électronucléaire et des technologies innovantes.

Le département chinois des statistiques a annoncé il y a quelques jours que la croissance du PIB national n'avait été en 2018 que de 6,6%, soit le pire résultat depuis 28 ans.

C'est avec la Chine que la France réaliserait son plus important déficit commercial, les échanges entre les deux pays étant déséquilibrés. Les investissements français en Chine sont deux fois moins importants que les allemands.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une autre crise se profile à l’horizon et pourrait être pire que le Covid-19, affirme Bill Gates
Entre théories du complot et déclarations officielles, quel est l’élément déclencheur des explosions à Beyrouth?
Tags:
échanges commerciaux, PIB, statistique, innovations, relations bilatérales, investissements, ouverture, ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, Emmanuel Macron, Pékin, Paris, France, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook