Ecoutez Radio Sputnik
    Emiliano Sala

    Un tabloïde britannique spécule sur les raisons du crash de l’avion avec Sala à bord

    © AFP 2019 LOIC VENANCE
    International
    URL courte
    Crash de l'avion du footballeur Emiliano Sala (24)
    838
    S'abonner

    Le crash de l'avion qui transportait le footballeur Emiliano Sala de Nantes à Cardiff aurait été provoqué par le givrage d'une de ses ailes, selon un expert en aviation cité par The Sun.

    L'avion monomoteur Piper PA-46 à bord duquel se trouvait le footballeur Emiliano Sala qui se rendait de Nantes à Cardiff s'est probablement crashé en raison du givrage d'une de ses ailes, estiment un expert contacté par le tabloïde britannique The Sun.

    Lundi soir, l'avion emprunté par Emiliano Sala a disparu des radars à une vingtaine de kilomètres au nord de l'île de Guernesey. L'attaquant argentin de 28 ans avait envoyé un message vocal à des proches dans lequel il s'inquiétait de l'état de l'appareil, indiquant que ce dernier «tremblait» et «tombait en morceaux».

    Selon un expert cité par The Sun, ces manifestations sont des «indices classiques» du givrage des ailes.

    «Il semble cependant que l'avion a heurté la surface de l'eau en un seul morceau. Si ce n'était pas le cas, des débris auraient déjà été retrouvés», estime l'interlocuteur du journal.

    Auteur de douze buts sur la première moitié de saison en Ligue, l'avant-centre argentin venait d'être transféré du club de Nantes à celui de Cardiff pour un montant record pour le club gallois estimé par la presse à 17 millions d'euros.

    Selon un autre expert en aviation interrogé par The Sun, le modèle d'avion qu'a utilisé Emiliano Sala pour se rendre à Cardiff présenterait un triste record de 160 crashs qui ont fait 55 morts.

    Dossier:
    Crash de l'avion du footballeur Emiliano Sala (24)
    Tags:
    footballeur, causes, crash d'avion, Piper PA-46 Malibu, FC Nantes, Emiliano Sala, Cardiff, La Manche, Nantes, Royaume-Uni, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik