Ecoutez Radio Sputnik
    Jean-Yves Le Drian. Archive photo

    Malgré les nombreux blessés en France, Paris appelle Maduro à ne pas réprimer l’opposition

    © AFP 2019 JOEL SAGET
    International
    URL courte
    34257

    Malgré les violences en marge des manifestations des Gilets jaunes, le ministre français des Affaires étrangères a appellé le Président vénézuélien «à s'interdire toute forme de répression» contre l'opposition.

    Paris a exhorté Nicolas Maduro à ne pas réprimer l'opposition. Pourtant, en France, 109 manifestants ont été gravement blessés par les forces de l'ordre depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, le 17 novembre 2018, selon un décompte de CheckNews.

    Sur ce nombre, 78 déclarent avoir été touchés par des tirs de lanceur de balles de défense, dans la grande majorité des cas à la tête, occasionnant dans quinze cas la perte d'un œil.

    Or, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a «fermement» appelé le Président vénézuélien à éviter toute violence.

    «Nous appelons fermement M. Maduro à s'interdire toute forme de répression de l'opposition, tout usage de la violence contre des manifestants pacifiques», a déclaré M. Le Drian devant les journalistes.

    Jeudi, Emmanuel Macron a exprimé via Twitter son soutien aux manifestants qui s'opposaient au pouvoir de Nicolas Maduro au Venezuela dont l'élection serait, selon lui, illégitime.

    Certaines vidéos montrent cependant des manifestants violents jetant des projectiles sur les forces de l'ordre.

    Lire aussi:

    Le recteur de Notre-Dame de Paris avance une nouvelle cause de l’incendie
    Des Gilets jaunes aspergés d’eau bleue à Paris, un moyen de «marquage»? (images)
    Une photo de Sputnik prise à Notre-Dame cause une avalanche internationale de fake news
    Tags:
    gilets jaunes, appel, projectiles, opposition, manifestation, tirs, violences, Twitter, Inc, Nicolas Maduro, Emmanuel Macron, Jean-Yves Le Drian, Venezuela, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik