International
URL courte
4255
S'abonner

Selon le Président turc, les Nations unies sont «incapables de faire quoi que ce soit en matière de création de zones de sécurité» et ne doivent donc pas prendre part à un tel processus en Syrie.

Recep Tayyip Erdogan a souhaité vendredi la création d'une «zone de sécurité» dans le nord de la Syrie tout en excluant la possibilité d'une participation de l'Onu dans ce processus.

«Il y a plusieurs exemples qui nous montrent que l'Onu est incapable de faire quoi que ce soit en matière de création de zones de sécurité. La Turquie est la seule force qui est capable de le faire», a déclaré le Président turc sur les ondes de la chaîne NTV.

«Nous nous attendons à ce que la promesse de créer une zone de sécurité pour protéger nos frontières des terroristes soit tenue dans quelques mois. Sinon, nous nous en chargerons nous-mêmes», a promis M.Erdogan.

Donald Trump avait proposé à la mi-janvier la création d'une zone de sécurité d'une largeur de 30 km le long de la frontière en Syrie. Cette idée a été soutenue par les autorités turques qui se disent disposées à mettre un tel projet en œuvre. Pourtant, les milices kurdes YPG, qui contrôlent une importante partie des territoires du nord de la Syrie, sont hostiles à cette initiative.

Pour sa part, la Russie prône un retour des forces syriennes dans les régions en question après le retrait annoncé des troupes américaines.

Lire aussi:

Contrat rompu avec l’Australie: «coup dans le dos» pour les élus, «déception modérée» pour la CGT
Les soignants et pompiers non vaccinés résistent malgré les premières sanctions de Véran
«Éric Zemmour continue de me harceler», affirme la chroniqueuse Hapsatou Sy
Obligation vaccinale: 3.000 soignants suspendus et «quelques dizaines de démissions»
Tags:
Turquie, Syrie, États-Unis, Recep Tayyip Erdogan, Donald Trump, ONU, Unités de protection populaire kurdes (YPG), zone de sécurité, retrait, crise syrienne, frontière
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook