Ecoutez Radio Sputnik
    Juan Guaido

    Venezuela: Macron énonce la condition pour reconnaître Guaido comme «Président en charge»

    © REUTERS / Carlos Garcia Rawlins
    International
    URL courte
    Tentative de coup d'État au Venezuela (210)
    775107

    La France sera prête à reconnaître Juan Guaido «Président en charge» du Venezuela, si aucune élection n'est annoncée dans un délai de huit jours, a fait savoir le Président français sur son compte Twitter. D’autres pays européens, comme l’Allemagne et l’Espagne, ont presque simultanément évoqué la même condition.

    Comme l’a annoncé Emmanuel Macron sur son compte Twitter le 26 janvier, «sans élections annoncées d’ici 8 jours», Paris pourrait reconnaître Juan Guaido comme «Président en charge» du Venezuela pour «enclencher un processus politique».     

    Le Président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a également annoncé ce samedi que si le Président vénézuélien Nicolas Maduro n'annonçait pas sous huit jours de nouvelles élections au Venezuela, Madrid reconnaîtrait Juan Guaido comme «Président par intérim».  ​

    ​La porte-parole du gouvernement allemand Martina Fietz a également déclaré le 26 janvier sur son compte Twitter que Berlin serait prêt à reconnaître Juan Guaido comme «Président par intérim» du Venezuela faute d’élections annoncées sous 8 jours.    

    Maria Zakharova sur la condition énoncée par Paris, Berlin et Madrid 

    La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a constaté que les annonces de la France, de l'Allemagne et de l'Espagne sur la possibilité de reconnaître Juan Guaido comme Président du Venezuela étaient identiques et avait été faites presque simultanément.

    «Non seulement ces annonces sont faites en termes identiques, mais en plus elles sont publiées en même temps», a écrit Maria Zakharova.

    En outre, le ministère russe des Affaires étrangères a indiqué dans un communiqué que la situation au Venezuela «est de plus en plus préoccupante». Moscou voit la «baguette de chef d'orchestre» de Washington dans l’«ultimatum»  des capitales européennes aux «autorités légitimes à Caracas» d'annoncer l'organisation d'élections sous 8 jours. 

    Vassili Nebenzia, représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu, a qualifié de «ridicule» le délai de huit jours fixé au Venezuela par plusieurs pays de l'UE pour annoncer de nouvelles élections. 

    Le Royaume-Uni se joint à la France, l'Espagne et l’Allemagne 

    Après les déclarations de Paris, Madrid et Berlin, Londres s’est également prononcé sur son intention de reconnaître Juan Guaido comme Président du Venezuela si la tenue de nouvelles élections n'était pas annoncée dans les 8 jours, a écrit le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt sur son compte Twitter. 

    L'UE promet de prendre des mesures

    L'Union européenne «prendra de nouvelles mesures» si des élections ne sont pas convoquées «dans les prochains jours» au Venezuela, a annoncé ce samedi la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini dans un communiqué. 

    «En l'absence d'annonce concernant l'organisation de nouvelles élections assorties des garanties nécessaires dans les prochains jours, l'UE prendra de nouvelles mesures, notamment sur la question de la reconnaissance du leadership du pays», a déclaré Mme Mogherini.

    Venezuela à l'Onu: Macron ferait mieux de s’occuper des Gilets jaunes 

    Lors de la réunion extraordinaire du Conseil de sécurité, le ministre vénézuélien des Affaires étrangères a demandé à Emmanuel Macron de s’occuper des Gilets jaunes et aux pays européens qui ont fixé à Caracas un ultimatum de huit jours pour annoncer l'organisation de nouvelles élections de respecter la charte de l'Onu. 

    «L’Europe qui nous donne 8 jours? Pourquoi? D’où le sortez-vous? Vous avez la moindre autorité vis-à-vis d’un peuple souverain? […] Le Président Macron au lieu de se pencher sur les manifestations permanentes des Gilets jaunes, du peuple ouvrier français vient s’occuper du Venezuela? Occupez-vous de vos affaires, nous ne nous mêlons pas de vos affaires, respectez la charte des Nations unies. Respectez le droit des peuples à l'autodétermination», a-t-il lancé. 

    Le ministère a en outre rejeté l'ultimatum des pays de l'UE. 

    «Personne ne va nous donner des délais, ni nous dire si des élections doivent être convoquées ou non», a-t-il déclaré.

    La Belgique soutient l'appel des pays européens

    Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a également indiqué sur son compte Twitter que la Belgique soutenait l’appel au Venezuela des pays européens à organiser de nouvelles élections. 

    L'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain «Président en exercice» du pays et a prêté serment pendant une manifestation à Caracas. Donald Trump l'a reconnu comme «Président par intérim».

    Nicolas Maduro a estimé que les États-Unis avaient essayé d'organiser un coup d'État au Venezuela et a rompu les relations diplomatiques avec ce pays le 23 janvier, donnant 72 heures à ses diplomates pour quitter le territoire vénézuélien. M.Maduro a qualifié M.Guaido de Président non-constitutionnel.

    Dossier:
    Tentative de coup d'État au Venezuela (210)

    Lire aussi:

    Téhéran estime que Washington a abattu l'un de ses propres drones par erreur
    L’Iran rappelle aux États-Unis leur situation géographique
    Merkel réagit aux doutes sur ses capacités à diriger suite à ses crises de tremblements
    Tags:
    président, reconnaissance, élections, Juan Guaido, Nicolas Maduro, Emmanuel Macron, Venezuela, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik