Ecoutez Radio Sputnik
    Une action de protestation au Venezuela (23 janvier 2019)

    Un coup de fil des USA aurait déclenché un plan secret de prise du pouvoir au Venezuela

    © REUTERS / Carlos Garcia Rawlins
    International
    URL courte
    Tentative de coup d'État au Venezuela (210)
    22770

    Un «plan secret» de prise du pouvoir au Venezuela par l'opposant Juan Guaido aurait été mis en œuvre sur un coup de fil de Washington, selon le journal The Wall Street Journal. Au cours de cet appel téléphonique, Mike Pence aurait garanti à Juan Guaido le soutien et la reconnaissance de la part de Donald Trump, selon une source du journal.

    Dans la nuit du 22 au 23 janvier, jour où il s'est déclaré «Président en exercice» du Venezuela, Juan Guaido aurait reçu un appel de la part du vice-président américain Mike Pence, rapporte The Wall Street Journal citant un haut responsable américain.

    Lors de cette conversation téléphonique, Mike Pence aurait promis à Juan Guaido le soutien de la part des États-Unis s'il évoquait une disposition de la Constitution, se proclamait Président par intérim, et affirmait vouloir prendre le pouvoir au Président vénézuélien actuel Nicolas Maduro, a expliqué la source du journal.

    «Cet appel nocturne a déclenché un plan secret développé au cours des dernières semaines, s'accompagnant de négociations entre des responsables américains, alliés, législateurs et figures clés de l'opposition vénézuélienne, dont Guaido lui-même», indique le journal.

    Le lendemain de cette conversation, Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé «Président en exercice» du pays et a prêté serment pendant une manifestation à Caracas. Donald Trump l'a reconnu comme «Président par intérim». Le Canada, le Brésil, l'Argentine, la Colombie, le Chili, le Pérou et plusieurs autres pays ont ensuite fait des déclarations similaires.

    Cependant, selon le WSJ, ce plan secret a suscité l'inquiétude de plusieurs responsables de l'administration Trump qui redoutent l'instabilité qu'elle pourrait provoquer et des menaces contre la vie des diplomates américains en poste à Caracas.

    Le plan lui-même a commencé à prendre forme au mois de décembre, quelques semaines avant les événements au Venezuela, à savoir la prestation de serment de Nicolas Maduro pour un second mandat, les manifestations et l'autoproclamation de Juan Guaido comme «Président en exercice».

    Des responsables américains avaient alors commencé à négocier avec l'opposition vénézuélienne, selon un haut responsable au sein de l'administration des États-Unis. Parmi ceux qui ont travaillé à l'élaboration de la stratégie, the WSJ cite John Bolton et Mike Pompeo, ainsi que Mauricio Claver-Carone, juriste et fils d'un exil cubain qui était un critique de la politique de Barack Obama en Amérique latine.

    Auparavant, l'agence Associated Press avait évoqué «la diplomatie secrète» qui avait anticipé les événements de Caracas. Dans le cadre de cette diplomatie, Juan Guaido aurait effectué plusieurs voyages secrets à l'étranger, notamment à Washington, en Colombie et au Brésil pour informer les autorités de ces pays des stratégies de manifestations de masse de l'opposition au Venezuela.

    M.Trump avait longtemps considéré le Venezuela comme l'une de ses trois principales priorités en matière de politique étrangère, avec l'Iran et la Corée du Nord, indique le journal citant Fernando Cutz, ancien directeur principal des affaires de l'hémisphère Ouest au Conseil de sécurité nationale de M.Trump et qui s'occupaient des questions vénézuéliennes.

    Après l'auto-proclamation de Juan Guaido et à sa reconnaissance par les États-Unis, Nicolas Maduro a estimé que les États-Unis avaient essayé d'organiser un coup d'État au Venezuela et a rompu le 23 janvier les relations diplomatiques avec ce pays, donnant 72 heures à ses diplomates pour quitter le territoire vénézuélien. M.Maduro a qualifié M.Guaido de Président non constitutionnel.

    Dossier:
    Tentative de coup d'État au Venezuela (210)

    Lire aussi:

    Une nouvelle fusillade meutrière endeuille une cité de Seine-Saint-Denis
    Macron estime que ce n'est pas que lui qui a été sifflé le 14 juillet - vidéo
    «Kim Jong-un» charrie les armes françaises et s’invite au défilé du 14 juillet à Paris - vidéo
    Tags:
    Mike Pence, Nicolas Maduro, Juan Guaido, Venezuela, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik