Ecoutez Radio Sputnik
    Rue Nikolskaïa, point de rendez-vous des supporters du Mondial 2018 à Moscou. Image d'illustration

    Près de 5.500 supporters de foot sont restés en Russie après le Mondial 2018

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    11603

    Ils sont venus, ils ont vu et… apparemment décidé de rester. À ce jour, quelque 5.500 étrangers entrés en Russie durant la période de la Coupe du Monde 2018 avec leur passeport de supporter se trouvent encore sur le territoire de ce pays, selon le ministère de l’Intérieur.

    D’après les chiffres fournis par la police, près de 5.500 étrangers venus en Russie durant la Coupe du Monde en se servant du passeport de supporter qui leur offrait l’accès sans visa au pays hôte des compétitions n’ont toujours pas quitté son sol.

    La Coupe du Monde 2018 s’est déroulée du 14 juin au 15 juillet dans 11 villes russes. Les fans désireux de suivre les matchs du Mondial pouvaient se rendre en Russie sans visa à l’aide d’un Fan ID, passeport de supporter les autorisant à entrer dans le pays 10 jours avant la date du premier match et de quitter la Russie jusqu'à 10 jours après la date du dernier match. Le 15 juillet, Vladimir Poutine avait prorogé le régime sans visa pour les supporters jusqu’à la fin de l’année 2018.

    Comme l’a annoncé vendredi Andreï Kayouchkine, directeur adjoint du département des migrations au ministère de l’Intérieur, au 31 décembre 2018, près de 12.000 supporters se trouvaient encore en Russie.

    Et d’ajouter qu’il espérait que d'ici à la fin du mois de mars ils seraient reconduits en dehors des frontières du pays.

    Lire aussi:

    Corée du Sud: la Russie réagit aux tirs de semonce présumés contre ses bombardiers
    Le nombre de personnes éborgnées par des LBD en France se compte en dizaines - photos
    Deux CRS retrouvés morts en France en quelques heures
    Tags:
    immigration clandestine, supporter, Mondial 2018, ministère russe de l'Intérieur, FIFA, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik