Ecoutez Radio Sputnik
    Mike Pompeo

    Quand Mike Pompeo écorche le nom du «Président» vénézuélien soutenu par les États-Unis

    © REUTERS / Carlos Barria
    International
    URL courte
    12122

    Malgré le soutien que Washington accorde à l'opposant Juan Guaido qui s'est récemment autoproclamé «Président en exercice» du Venezuela, le secrétaire d'État, Mike Pompeo, n'a pas pu prononcer correctement son nom et l'a appellé «Guido» ce qui signifie en argot américain «Italo-américain».

    À en juger par la gaffe que le Secrétaire d'État américain a faite lors d'une conférence de presse vendredi, l'opposant Juan Guaido, qui s'est autoproclamé mercredi dernier «Président en exercice» du Venezuela, est une personnalité dont Mike Pompeo ne connaît pas bien le nom.

    Ainsi au lieu de dire «Guaido», le Secrétaire d'Etat a prononcé «Guido», mot argotique péjoratif que les Américains utilisent pour désigner les Italo-américains.

    «Plus tard dans la journée nous aurons des annonces depuis d'autres endroits, indiquant comment nous prévoyons que le président par intérim, Juan Guido, disposera des ressources nécessaires pour diriger le gouvernement du Venezuela», a déclaré Mike Pompeo.

    ​L'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain «Président en exercice» du pays et a prêté serment pendant une manifestation à Caracas. Donald Trump l'a reconnu comme «Président par intérim».

    Nicolas Maduro a estimé que les États-Unis avaient essayé d'organiser un coup d'État au Venezuela et a rompu les relations diplomatiques avec ce pays le 23 janvier. M.Maduro a qualifié M.Guaido de Président non constitutionnel.

    Lire aussi:

    Téhéran estime que Washington a abattu l'un de ses propres drones par erreur
    L’Iran rappelle aux États-Unis leur situation géographique
    Merkel réagit aux doutes sur ses capacités à diriger suite à ses crises de tremblements
    Tags:
    Juan Guaido, Mike Pompeo, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik