Ecoutez Radio Sputnik
    Saint-Pétersbourg commémore les 75 ans de la fin du siège de Léningrad

    L’Allemagne oublie les crimes de guerre nazis et «c’est fatal», selon un magazine local

    © Sputnik . Alexeï Danitchev
    International
    URL courte
    201424
    S'abonner

    Aujourd’hui, jour du 75e anniversaire de la levée du blocus de Leningrad, l’Allemagne semble être le pays qui ne s’en souvient pas, selon une publication parue dans le magazine allemand Cicero. Dans un article consacré au sujet sensible de la Seconde Guerre mondiale, l’auteur estime que l’oublier, «c’est fatal» pour la République fédérale.

    L'Allemagne se souvient à peine des crimes de guerre commis par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, dont ceux lors de la «plus grande catastrophe démographique», à savoir le blocus de Leningrad, selon un article publié dans le magazine allemand Cicero. Aucun événement officiel n'a eu lieu en République fédérale à l'occasion du 75e anniversaire de la levée du blocus de Leningrad, indique Andreas von Westphalen.

    Scandalisé, l'auteur de l'article, estime que «c'est fatal» pour l'Allemagne. Il rappelle la cruauté dont faisaient preuve les criminels nazis en opprimant les habitants de Leningrad, comment ils les affamaient, ne voulant leur laisser aucune issue que la capitulation.

    La détérioration actuelle des relations entre l'Occident et l'Orient ne peut servir de prétexte à l'oubli de ce terrifiant génocide, selon Cicero.

    Pour résumer, l'auteur de l'article cite la déclaration de l'historien allemand Christian Streit, selon qui «la mémoire des événements de cette époque peut constituer une condition préalable de la réconciliation.»

    La ville de Saint-Pétersbourg et toute la Russie commémorent dimanche 27 janvier les 75 ans de la fin du siège de Leningrad. Encerclée depuis septembre 1941 par les Allemands, la ville a été libérée le 27 janvier 1944.

    Tags:
    Blocus de Léningrad, Léningrad, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik