International
URL courte
61581
S'abonner

Lors de son déplacement en Égypte, Emmanuel Macron a exprimé ses préoccupations au sujet des droits de l'Homme dans ce pays arabe. Sans sortir de ce cadre, un journaliste l'a donc interrogé sur le sort des manifestants interpellés en marge de la mobilisation des Gilets jaunes en France.

Après que le Président français a exprimé lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue égyptien sa préoccupation au sujet du respect des droits de l’Homme dans ce pays arabe et informé avoir transmis une liste contenant les questions «les plus importantes» en la matière, un journaliste arabe présent dans la salle l’a interrogé au sujet du sort des manifestants arrêtés en marge des manifestations des Gilets jaunes en France. Il a notamment voulu savoir comment ces personnes seront traitées du point de vue des droits de l’Homme.

«Vous aurez noté qu’en France il est permis de s’exprimer librement. Parfois, les gens l’oublient, ils ne s’en réjouissent pas suffisamment. En France, on peut dire tout. Parfois, on dit beaucoup contre le pays lui-même, je le regrette, mais on dit librement contre le pays, le Président, le gouvernement — c’est la force d’une démocratie. […] Il y a dans le pays une liberté qui est constitutionnellement garantie qui est la liberté de manifester et nous entendons bien la protéger parce que nous y tenons beaucoup», a alors répondu Emmanuel Macron.

Et d’ajouter que des «casseurs» et des «extrémistes» s’étaient introduits parmi les manifestants pour «saccager des commerces, des bâtiments publics» ou «mener des actes de violence à l’égard des forces de l’ordre et d’autres personnes».

«D’une manière légitime, ils ont été interpellés — pas interpellés parce qu’ils pensaient quelque chose, interpellés parce qu’ils cassaient, parce qu’ils détruisaient, parce qu’ils s’attaquaient à d’autres citoyens ou aux institutions», a-t-il poursuivi. Ils seront jugés afin que «le droit s’exprime», a expliqué M.Macron.

Accompagné d'une délégation de personnalités économiques et culturelles et de plusieurs ministres, dont Jean-Yves Le Drian, Emmanuel Macron s’est rendu en Égypte «pour renforcer le partenariat stratégique entre les deux pays», a indiqué l’Élysée.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Explosion à Beyrouth: l'épouse de l'ambassadeur des Pays-Bas au Liban décède des suites de ses blessures
Un prévisionniste qui ne s'est jamais trompé donne ses pronostics pour la présidentielle US
«Le Covid-19 ne peut être soulagé que par des anticorps, le reste est comme un cautère sur une jambe de bois»
Tags:
gilets jaunes, hooligans, interpellation, droits de l’homme, Emmanuel Macron, Abdel Fattah al-Sissi, Egypte, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook