Ecoutez Radio Sputnik
    Crise au Venezuela

    Une intervention militaire au Venezuela? 86% des Vénézuéliens s’y opposeraient

    © REUTERS / Carlos Eduardo Ramirez/File Photo
    International
    URL courte
    Tentative de coup d'État au Venezuela (209)
    19624

    La grande majorité des Vénézuéliens s'oppose à une intervention étrangère dans le pays, tant militaire que civile, ainsi qu'aux sanctions imposées par les États-Unis, révèle un sondage de l'institut d’enquête privé vénézuélien Hinterlaces.

    Selon une étude réalisée par la société de sondage vénézuélienne Hinterlaces, la grande majorité des Vénézuéliens s'opposent à une intervention des pays étrangers, lit-on sur la plateforme informatique The Grayzone.

    «Les médias en anglais ignorent souvent les sondages effectués au Venezuela et s'ils en parlent, ils ont tendance à publier les résultats des bureaux de sondage dirigés par des personnalités favorables à l'opposition», lit-on dans l'article.

    Ainsi, 86% des Vénézuéliens sondés sont contre «une intervention militaire internationale au Venezuela pour destituer le Président Maduro du pouvoir», 12% y donnent leur aval et 2% restent incertains.

    Dans le même temps, 78% des interviewés ont dit qu'ils ne voulaient aucune «intervention internationale au Venezuela» même si elle ne revêtait pas un caractère militaire.

    En outre, 81% d'entre eux s'opposent aux «sanctions économiques et financières imposées par les États-Unis à l'encontre du Venezuela pour destituer le Président Maduro du pouvoir». 17% sont pour et 2% préfèrent ne pas s'exprimer.

    En général, 84% des personnes ayant pris part à l'étude sont «d'accord avec un dialogue entre le gouvernement national et l'opposition pour résoudre les problèmes économiques actuels du pays», 15% «en désaccord» et 1% sans avis concret à ce sujet.

    Le sondage en question a été réalisé du 7 au 20 janvier 2019 par le biais d'entretiens directs avec 1.580 Vénézuéliens de différentes régions du pays.

    Le Trésor américain a annoncé lundi de nouvelles sanctions qui interdisent à PDVSA de faire du commerce avec des entités américaines et gèlent ses avoirs à l'étranger. Ce geste est censé, selon Washington, faire pression sur Nicolas Maduro. Sur son compte Twitter, Juan Guaido, qui s'est autoproclamé «Président» vénézuélien par intérim, a ordonné de commencer la réaffectation des conseils d'administration de la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne PDVSA et de sa filiale américaine Citgo.

    Dossier:
    Tentative de coup d'État au Venezuela (209)

    Lire aussi:

    Ce successeur franco-hispano-allemand du Rafale a été dévoilé au Salon du Bourget (images)
    Attaque contre la Russie: le New York Times met en garde Trump après ses accusations de «haute trahison»
    Les États-Unis envisagent officiellement le recours à la force militaire contre l’Iran
    Tags:
    sanctions, intervention, sondage, Nicolas Maduro, Venezuela
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik