Ecoutez Radio Sputnik
    Riyad

    Ajout de Riyad sur la liste noire de l’UE des pays finançant le terrorisme: quid de Paris?

    © Sputnik . Aleksander Yuriew
    International
    URL courte
    10201

    L’agence Reuters affirme que la Commission européenne a ajouté l’Arabie saoudite sur la liste noire des pays finançant le terroriste. La France, qui est un important fournisseur d’armes du royaume, n’a pas encore réagi à cette information.

    L'agence Reuters rapporte que la Commission européenne a inscrit l'Arabie saoudite sur sa liste des pays représentant une menace pour l'UE car trop laxistes dans la lutte contre le financement du terrorisme et le blanchiment d'argent. Paris, qui demeure un important fournisseur d'armes du royaume, n'a pas réagi à l'annonce de cette décision.

    Cette liste serait confidentielle et compterait initialement 16 pays. À présent, l'Arabie saoudite figurerait aux côtés de l'Afghanistan, de l'Irak, du Yémen ou de l'Iran, car son contrôle en matière de lutte contre le financement du terrorisme est jugé trop laxiste.

    Ce relevé établi par l'UE se base sur des critères utilisés par le Groupe d'action financière (GAFI), organisme international de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Mais elle a récemment été mise à jour, en se fondant sur de nouveaux critères qui ont conduit à l'ajout de l'Arabie Saoudite. Riyad n'a pas encore commenté cette possible actualisation.

    Si la décision est approuvée par les 28 États membres de l'UE, les banques européennes devront se soumettre à des contrôles supplémentaires en effectuant des versements vers des banques saoudiennes.

    La France, qui est un important fournisseur d'armes à l'Arabie saoudite, ne s'est pas encore exprimée sur le sujet.

    Il est à noter que plus de 11 milliards d'euros de commandes saoudiennes ont été validées en neuf ans, précise le rapport au Parlement 2018 sur les exportations d'armement.

    L'ajout sur cette liste noire serait particulièrement défavorable à l'Arabie saoudite, qui tente actuellement de redorer son blason sur la scène internationale, afin d'encourager les investisseurs étrangers à participer à l'ambitieux plan de réformes du pays initié par le prince héritier.

    Riyad est actuellement soumis à de fortes pressions internationales depuis le meurtre, début octobre, au consulat saoudien à Istanbul du journaliste Jamal Khashoggi. Le 22 novembre, la France a adopté des sanctions contre 18 ressortissants saoudiens soupçonnés d'implication dans ce meurtre. L'Arabie saoudite fait également l'objet d'une plainte déposée par plusieurs centaines de familles de victimes des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, qui accusent des responsables saoudiens d'être impliqués dans le drame.

    Lire aussi:

    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    L’Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l’attaque des deux pétroliers en mer d’Oman?
    Les États-Unis envisagent officiellement le recours à la force militaire contre l’Iran
    Tags:
    liste noire, blanchiment d'argent, financement, terrorisme, Commission européenne, Union européenne (UE), Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik