International
URL courte
2211
S'abonner

Un commerce d’uranium appauvri a été révélé au Japon. L’élément radioactif a été vendu sur un site internet de ventes aux enchères. La police a trouvé le soumissionnaire et les marchands qui avaient acheté eux aussi ce produit sur internet.

Du matériel radioactif a été vendu sur un site internet spécialisé dans les ventes aux enchères au Japon, a informé la chaîne de télévision NHK. Un spécialiste de l'Agence de l'énergie atomique japonaise l'a confirmé aux forces de l'ordre.

Selon les données de la police de la capitale japonaise, de l'uranium appauvri faisait partie des lots proposés sur ce site internet. Il s'agit d'un sous-produit de basse radioactivité formé suite à un traitement technologique.

Le matériel sous forme de poudre était enfermé dans un tube de verre et mis en vente sous le nom «Uranium 99,9%» sur le site de ventes aux enchères de Yahoo. L'Autorité de régulation nucléaire a informé la police de la vente en janvier 2018 après avoir découvert l'annonce en novembre 2017, affirme The Japan Times.

La recherche des commerçants et du soumissionnaire concernés a duré un an. Il est apparu que le vendeur et ses complices s'étaient procurés eux-mêmes de l'uranium sur «un site internet étranger» alors que le commerce des agents radioactifs est interdit par la loi du pays.

Toute personne coupable d'avoir enfreint la loi est passible d'un emprisonnement pouvant aller jusqu'à un an ou d'une amende pouvant atteindre un million de yen (8.000 euros), annonce The Japan Times.

Lire aussi:

Le nombre de contaminations journalières en France bondit de nouveau au-dessus de 20.000
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Tags:
police, Internet, matériaux radioactifs, nucléaire, vente aux enchères, uranium appauvri, Yahoo, NHK, The Japan Times, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook