Ecoutez Radio Sputnik
    Réunion des ministres des Affaires étrangères de la Fédération de Russie et de l'Algérie S. Lavrov et A. Messaela

    Direction Afrique: quel est le moteur de la hausse des échanges entre Moscou et Alger?

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    7331

    En 2018, les échanges entre la Russie et l'Algérie ont augmenté de 18% pour dépasser 4 milliards de dollars: c'est ce qu'a annoncé mercredi 30 janvier le ministre russe de l'Énergie à l'issue de la 9e réunion de la Commission intergouvernementale mixe russo-algérienne pour la coopération commerciale, économique, scientifique et technique.

    Le ministre russe de l'Énergie Novak a évoqué la coopération entre la Russie et l'Algérie dans le domaine médical, agricole, pharmaceutique, la cybersécurité et la métallurgie lors de la 9e réunion de la Commission intergouvernementale mixe russo-algérienne pour la coopération commerciale, économique, scientifique et technique. Dans cette république maghrébine, la Russie a également l'intention de mettre en place la production de voitures Lada et de développer des projets dans le secteur pétrolier et gazier.

    «Ces trois dernières années, nos échanges ont doublé. L'an dernier, ils ont augmenté de plus de 18% pour atteindre 4 milliards de dollars», a déclaré le ministre russe.

    En 2015, les échanges bilatéraux étaient de l'ordre de 1,9 milliard de dollars, selon les informations du Service fédéral des douanes (FTS) russe.

    Dans l'ensemble, actuellement, les exportations russes en Algérie sont supérieures aux importations depuis le pays maghrébin. D'après les statistiques du FTS, au cours des neuf premiers mois de 2018, la Russie a livré 2,3 milliards de dollars de marchandises en Algérie, et en a importé 8,2 millions de dollars.

    Les principaux produits russes exportés en Algérie sont les moyens de transport et les équipements (36%), ainsi que les produits métallurgiques (10%), les produits agricoles (6,2%) et les matières premières minérales (5%).

    L'Algérie vend principalement à la Russie des produits agricoles, qui représentent près de 90% des exportations algériennes entre janvier et septembre 2018.

    Le développement actif des relations russo-algériennes a commencé dans les années 1960 et, comme l'a souligné Alexandre Novak pendant la réunion plénière de la commission, aujourd'hui la république est l'un des principaux partenaires commerciaux et économiques de la Russie sur le continent africain.

    Alexandre Novak et le ministre des Finances algérien Abderrahmane Raouia ont noté le renforcement de la coopération bilatérale en matière d'investissements dans le domaine de la santé, tout particulièrement dans le développement de la télémédecine — qui permet les consultations de médecins en ligne et le suivi à distance de la santé des patients.

    Les représentants des deux pays ont également évoqué des projets d'augmentation des échanges dans le secteur agricole et pharmaceutique, notamment la hausse des exportations de blé et de médicaments russes en Algérie. De plus, a déclaré Alexandre Novak, les deux États ont l'intention de développer leur partenariat dans le secteur des technologies numériques, ainsi que dans la cybersécurité. Un groupe de travail sera constitué au sein de la commission intergouvernementale pour superviser ces projets.

    Alexandre Novak et Abderrahmane Raouia ont également évoqué les investissements dans les projets industriels communs, notamment la création d'usines automobiles russes en Algérie.

    «Nous avons parlé de l'éventuelle construction d'une usine pour fabriquer des matériaux de construction en Algérie et des investissements russes dans ce secteur, des fournitures de tuyauterie métallique, ainsi que la possibilité de localiser la fabrication des voitures russes Lada», a déclaré le ministre russe de l'Énergie.

    Et d'ajouter que la Russie souhaitait également vendre des avions de ligne Sukhoi Superjet 100 et MS-21 à son partenaire. Selon lui, le ministère de l'Industrie et du Commerce et la Compagnie aéronautique unifiée (OAK) poursuivent le travail dans ce sens avec l'Algérie et d'autres pays d'Afrique du Nord.

    Alexandre Novak a rappelé qu'à l'heure actuelle, la Russie et l'Algérie étaient des acteurs importants du marché énergétique mondial. L'axe principal de la coopération bilatérale est lié à la réalisation de projets conjoints de Rosneft et de Gazpromneft avec la compagnie pétrolière nationale Sonatrach.

    «Nous avons évoqué en détail aujourd'hui la possibilité d'une participation de Gazpromneft et Sonatrach à l'exploitation de deux gisements de pétrole et de condensat de gaz où des travaux géologiques ont été menés», a précisé Alexandre Novak.

    D'après le ministre russe, des offres commerciales sont en cours de préparation et les parties ont déjà examiné la possibilité de créer les conditions nécessaires pour la mise en œuvre de ces projets. Après la réunion plénière, Alexandre Novak et Abderrahmane Raouia ont signé le protocole final de la commission.

    La réunion précédente de la Commission intergouvernementale mixte russo-algérienne pour la coopération commerciale, économique, scientifique et technique s'était tenue en 2017. A l'époque, les parties avaient évoqué la coopération dans le secteur de la construction, de l'industrie, de la santé et des transports.

    Lire aussi:

    Entre la Russie et l’Algérie, un partenariat stratégique prometteur
    Blé russe, cybersécurité et télémédecine: Moscou et Alger étudient toutes les possibilités
    Algérie-Russie: quel avenir pour la coopération nucléaire civile entre les deux pays ?
    Tags:
    pharmaceutique, coopération, médecine, cybersécurité, échanges commerciaux, métallurgie, agriculture, Lada, Commission intergouvernementale mixte russo-algérienne pour la coopération commerciale, économique, scientifique et technique, Service fédéral russe des douanes (FTS), Algérie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik