Ecoutez Radio Sputnik
    De l'argent en espèces

    Évasion fiscale: Alger passerait à la loupe les comptes de ses citoyens en Europe

    CC0 / pixabay
    International
    URL courte
    7313
    S'abonner

    La Banque d’Algérie a demandé à des établissements bancaires européens, dont français, de refuser d’ouvrir des comptes à tous les Algériens ne vivant pas de manière régulière en Europe, selon le quotidien Echorouk online. Cette mesure a été décrétée dans le but de lutter contre l’évasion fiscale, selon la même source.

    Dans le but de lutter contre les transferts illicites de devises de l'Algérie vers l'Europe ou l'inverse, les autorités financières algériennes ont demandé à des banques européennes, en particulier françaises, d'exiger un titre de séjour de résident permanent à tout Algérien désireux d'ouvrir un compte bancaire, selon le quotidien Echorouk online.

    Le média a rappelé, de prime à bord, que la législation algérienne interdit aux ressortissants algériens qui ne résident pas en permanence dans un pays européen d'y ouvrir un compte bancaire. Dans ce cadre, le quotidien a rapporté que «la Banque d'Algérie (BA) a saisi un certain nombre d'établissements bancaires européens, notamment français, afin de veiller au respect de la législation régissant le mouvement de capitaux depuis et vers l'Algérie».

    Toujours dans le même sens, selon le journal, «la BA a demandé à nouveau [après des mesures similaires prises l'année dernière, ndlr] début janvier à des banques et établissements bancaires de plusieurs pays européens de s'assurer si des Algériens non-établis définitivement détiennent des comptes bancaires».

    En ce début d'année 2019, tout comme au cours de l'année dernière, les services des douanes et de la police des frontières algériennes ont fait avorter plusieurs opérations de fuites de capitaux à travers les aéroports du pays. Les montants variaient de quelques dizaines de milliers à plus d'un million d'euros.

    Bien que les sommes saisies constituent un important butin, elles ne représentent cependant qu'une toute infime partie de l'argent qui sort chaque année du pays vers l'étranger. Dans ce cadre, Ali Benouari, ancien ministre délégué au Budget dans le gouvernement de Sid Ahmed Ghozali (1991-1992), en sa qualité d'expert international reconnu dans le domaine de la finance, ne rate pratiquement aucune occasion pour alerter l'opinion publique algérienne sur le danger que fait peser la question des fuites de capitaux vers l'étranger sur l'économie nationale.

    L'une des interventions médiatiques les plus marquantes de l'ancien ministre fut l'entretien qu'il a accordé le 10 février 2015 au quotidien algérien El Watan. Cette intervention faisait suite au scandale, connu sous le nom de SwissLeaks, ayant ébranlé la filiale suisse de la banque britannique HSBC, la HSBC Private Bank, épinglée dans une opération de fraude fiscale dans laquelle 100.000 personnes à travers le monde et pas moins de 440 personnalités liées à l'Algérie (ayant placé dans cette banque un total de 671,1 millions de dollars, soit 585 euros) étaient mêlées, selon le journal Le Monde dans son édition du 8 février 2015.

    Évaluant approximativement les montants d'argent en devise forte ayant été transférés à l'étranger, M.Benouari avait affirmé que «les estimations des fonds placés à l'étranger, liés à la corruption et à la surfacturation, dépasseraient les 100 milliards de dollars depuis le début des années 2000, tandis que les fortunes algériennes établies à l'étranger seraient de près de 200 milliards de dollars». «Ce phénomène va en augmentant, favorisé essentiellement par les montants importants investis dans les marchés publics et par les années du pétrole cher. C'est un scandale dont on n'a pas fini de parler», avait-il souligné.

    En conclusion, l'ancien ministre avait souligné qu'«il y a trois sources d'évasion fiscale de l'Algérie vers l'étranger; celle qui vient du marché noir, la surfacturation des produits importés et les pots-de-vin.»

    Tags:
    évasion fiscale, règlement de comptes, comptes bancaires, Banque d'Algérie (BA), Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik