Ecoutez Radio Sputnik
    Femmes saoudiennes

    Une application pour contrôler les déplacements des femmes lancée en Arabie saoudite

    © AFP 2019 FAYEZ NURELDINE
    International
    URL courte
    8415

    Grâce à un système de surveillance mis en place par le gouvernement, les Saoudiennes seraient empêchées de fuir leur famille et de quitter le pays, selon le site Business Insider.

    Selon les lois en vigueur, pour voyager, les femmes saoudiennes doivent obtenir le feu vert de leur tuteur (leur père, leur mari ou leur frère). Grâce à l'application Absher («le prédicateur» en français), les hommes peuvent accorder ou révoquer leur autorisation en quelques clics, annonce le site Business Insider.

    L'application donne la possibilité aux hommes de recevoir des alertes SMS lorsqu'une de leurs proches montre son passeport à la frontière ou dans un aéroport. Le ministère saoudien de l'Intérieur  envoie alors directement un message via l'application.

    Ainsi, une femme qui présente son passeport à l'aéroport sera empêchée de prendre l‘avion si son tuteur en a décidé ainsi.

    Toutefois, pour éviter d'être traquées, certaines Saoudiennes volent le téléphone de leur tuteur et changent les mots de passe. D'autres femmes ont déjà essayé de changer le numéro de téléphone d'alerte pour que les SMS de traque soient envoyés à elles plutôt qu'à leurs tuteurs.

    Dans de nombreux cas, les familles retrouvent les fugitives, mais depuis quelques années, des réseaux d'entraide se sont développés, et des femmes ayant fui le pays aident celles qui souhaitent aussi refaire leur vie hors d'Arabie saoudite.

     

    Lire aussi:

    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Après Poutine, Macron s’apprête à recevoir le chef de la diplomatie iranienne à Paris
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Tags:
    portable, Ministère saoudien de l'Intérieur, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik