International
URL courte
13550
S'abonner

Réagissant aux déclarations de Donald Trump qui n'a pas exclu dimanche que les États-Unis puissent maintenir leur présence militaire en Irak pour surveiller la République islamique d'Iran, le parlement irakien s'est dit prêt à élaborer un projet de loi sur le désengagement des accords avec Washington sur la sécurité.

Le vice-président du parlement irakien Hassan Al-Kaabi a qualifié de violation flagrante de la souveraineté de l'Irak et de la constitution irakienne les propos de Donald Trump qui a affirmé dimanche que la présence américaine en Irak était nécessaire pour «observer un peu l'Iran».

«Lors de la prochaine session, le Parlement travaillera à un projet de loi qui comprendra le désengagement de l'accord de sécurité avec les États-Unis pour mettre la fin à la présence des instructeurs et des conseillers militaires américains et étrangers en Irak», a-t-il déclaré.

Il a également souligné que la Constitution irakienne stipulait que «le pays ne peut constituer une tête de pont pour une agression contre un État tiers».
Rappelons que dans une interview accordée dimanche à la chaîne CBS, le Président américain a nié que les États-Unis avaient besoin de leur base en Irak pour porter des frappes sur l'Iran depuis le sol irakien. Selon Donald Trump, l'emplacement de la base en question est «idéal» pour suivre la situation dans les différents régions du Proche-Orient agité.

Lire aussi:

Qui peut risquer la mort en consommant du miel? Une nutritionniste répond
Erdogan: la Turquie poursuivra ses explorations géologiques en Méditerranée malgré les menaces de sanctions
«Le port du masque ne sert absolument à rien», lance une conseillère municipale à Nice, causant une polémique
Un voleur parvient à tenir tête à de nombreux policiers et à en blesser huit à Béziers
Tags:
base militaire, Hassan Al-Kaabi, Donald Trump, Irak, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook