International
URL courte
Tentative de coup d'État au Venezuela (212)
191670
S'abonner

Rome s’est prononcé contre la reconnaissance de Guaido comme Président par intérim du Venezuela, mettant ainsi des bâtons dans les roues de l’UE qui envisageait d’adopter une déclaration commune à cet égard, a indiqué une source diplomatique européenne à Sputnik, confirmant les informations parues plus tôt dans la presse italienne.

L'Italie a bloqué la déclaration de l'UE dans laquelle Bruxelles envisageait de reconnaître Juan Guaido comme Président par interim du Venezuela, a indiqué à Sputnik une source diplomatique dans la capitale belge. Ces propos viennent confirmer les informations diffusées le 1er février par l'agence italienne ANSA, qui a cité ses sources européennes.

«Selon les informations dont je dispose, lors d'une rencontre informelle entre les chefs de la diplomatie européenne, qui a eu lieu entre les 31 janvier et 1er février à Bucarest, l'Italie a opposé son veto à la déclaration au nom de l'UE que devait faire la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini, et selon laquelle l'UE reconnaissait Guaido si une nouvelle élection présidentielle n'était pas organisée», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

Crise au Venezuela
© REUTERS / Carlos Eduardo Ramirez/File Photo
À l'issue de la rencontre, l'UE n'a finalement annoncé que la réunion d'un groupe de contact international constitué par l'UE sur le Venezuela. Un groupe qui doit se réunir le 8 février prochain à Montevideo, a ajouté cette même source.

Faute d'accord au sein de l'UE, plusieurs pays européens, dont l'Espagne, la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, le Portugal, rejoints dimanche par l'Autriche, ont exigé de M.Maduro qu'il annonce la convocation d'une présidentielle anticipée. Ils ont également affirmé qu'en cas de non-respect de cette condition, ils reconnaîtraient à partir de lundi M.Guaido comme Président par intérim. L'ultimatum a expiré ce lundi, suite à quoi Paris, Vienne, Londres et Madrid ont annoncé à cette heure leur décision de reconnaître Juan Guaido.

En revanche, le chef de la diplomatie italienne, Enzo Moavero Milanesi, a déclaré mercredi que Rome partageait entièrement la position de l'Union européenne sur la crise au Venezuela et a appelé à organiser des élections présidentielles «libres et transparentes».

Le Parlement européen a approuvé le 31 janvier la résolution reconnaissant Juan Guaido comme «Président par intérim légitime» et a appelé le service diplomatique de l'UE et les pays membres à adopter une décision similaire.

L'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé mercredi «Président en exercice» du pays et a prêté serment pendant une manifestation à Caracas. Donald Trump l'a reconnu comme «Président par intérim».

Dossier:
Tentative de coup d'État au Venezuela (212)

Lire aussi:

Contrôle de police à Stains: «J'ai cru que c'était des voleurs, des agresseurs», affirme le conducteur blessé par balles
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Sous-marins: la Maison-Blanche réagit à la colère française en renvoyant à l’Australie le soin de s’expliquer
Tags:
Italie, Venezuela, Rome, Federica Mogherini, Union européenne (UE)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook