Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Mappemonde à l'américaine: les étonnantes frontières de l'Inde version Trump

    © AP Photo / Evan Vucci
    International
    URL courte
    8216
    S'abonner

    Lors de rencontres avec des responsables du renseignement américain à la Maison-Blanche, le Président démontre parfois son ignorance des réalités géographiques, a raconté à CNN le journaliste John Walcott qui prétend que Donald Trump considère que le Népal et le Bhoutan font partie de l'Inde.

    Se référant à des sources au sein du renseignement américain, le journaliste du Time Magazine John Walcott a déclaré à la présentatrice de CNN Brooke Baldwin que Donald Trump faisait preuve d'une «ignorance délibérée» des affaires internationales au cours de réunions à la Maison-Blanche avec des membres des services spéciaux.

    «Cela va au point de penser que le Népal et le Bhoutan, qu'il a mal prononcé, soit dit en passant, comme "nipple" et "button" ["mamelon" et "bouton" en français, ndlr], font partie de l'Inde, qui ne le sont pas» a-t-il déclaré.

    Visiblement choquée, Mme Baldwin a demandé si Donald Trump avait vraiment prononcé ainsi les noms de ces pays.

    «Sérieusement», répondit M.Walcott.

    ​Rappelons qu'en septembre 2018 le journal politico avait déjà écrit que Donald Trump, se préparant à rencontrer le Premier ministre indien Narendra Modi en 2017, avait nommé par erreur le pays «Nipple», et non «Népal». En outre, en étudiant la carte de l'Asie, Trump a souri à cause du nom du Bhoutan car il lui a rappelé le mot anglais «button» qui veut dire bouton.

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    Envoyé par erreur par la poste, un chat passe plus d’une semaine dans un colis
    La plus grande raffinerie de France touchée par un important incendie - vidéo, photos
    Tags:
    carte géographique, Donald Trump, Inde, Bhoutan, Népal
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik