Ecoutez Radio Sputnik
    Porte de l'enfer

    Le président du Conseil européen explique qui aura «une place en enfer»

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    10429

    Après sa rencontre à Bruxelles avec le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, le président du Conseil Donald Tusk a déclaré voir «une place spéciale en enfer» pour ceux qui faisaient la promotion du Brexit «sans même l'ébauche d'un plan pour le réaliser en toute sécurité».

    Le président du Conseil européen Donald Tusk s'en est pris mercredi le 6 février aux partisans du Brexit qui selon lui n'ont pas prévu les conséquences de ce divorce, s'interrogeant sur la «place spéciale en enfer» qui leur serait réservée.

    «Je me demande à quoi cette place spéciale en enfer ressemble, pour ceux qui ont fait la promotion du Brexit sans même l'ébauche d'un plan pour le réaliser en toute sécurité», a lancé M.Tusk après une rencontre à Bruxelles avec le Premier ministre irlandais Leo Varadkar.

    Le Polonais, qui préside l'instance regroupant les chefs d'État et de gouvernement de l'UE, doit rencontrer jeudi la Première ministre britannique Theresa May à Bruxelles, aux côtés du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

    «J'espère que demain nous entendrons de la part de la Première ministre May des suggestions réalistes sur la façon de mettre fin à l'impasse dans laquelle le retrait ordonné du Royaume-Uni de l'UE se trouve» depuis que le Parlement britannique a refusé, à une très large majorité, de ratifier le compromis trouvé entre négociateurs européens et britanniques, a dit Donald Tusk.

    Plus tôt en janvier, la Chambre des communes du Royaume-Uni avait rejeté le plan relatif au Brexit présenté par Theresa May, après des mois de négociations avec l'Union européenne. Cela a accru les chances du Royaume-Uni de quitter l'Union européenne sans accord. Par la suite, des dizaines de chefs d'entreprise ont appelé à soutenir l'idée d'organiser un autre référendum sur le Brexit.

    Mme May a déjà rejeté les appels en faveur d'un deuxième référendum, soulignant que le Royaume-Uni ne devrait pas reporter son retrait de l'Union européenne. Le pays devrait quitter l'UE le 29 mars 2019.

    Lire aussi:

    Les enquêteurs privilégieraient une nouvelle hypothèse sur l’incendie de Notre-Dame
    Incident entre Marines française et chinoise dans le détroit de Taïwan
    Le préfet de Paris aurait demandé de démuseler les chiens d'attaque pour l'acte 24
    Tags:
    partisans, enfer, sommet, Brexit, Theresa May, Donald Tusk, Bruxelles
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik