Ecoutez Radio Sputnik
    EU

    «L'euro s'effondrera»: 27 ans après le Traité de Maastricht, quel avenir pour l’UE?

    CC0
    International
    URL courte
    6502
    S'abonner

    Le Traité de Maastricht, signé il y a 27 ans, a été le premier pas vers la création de l'UE, telle que nous la connaissons aujourd’hui. Ce projet ambitieux, qui visait à rapprocher ses membres, a depuis été victime des turbulences politiques et économiques au cours de la dernière décennie, estiment des politologues interviewés par Sputnik.

    L'Union européenne doit son nom au traité de Maastricht, anciennement appelé traité sur l'Union européenne, signé le 7 février 1992 par 12 pays. Dans la quête d'une intégration politique plutôt que simplement économique, ils ont notamment abandonné le mot «économique» figurant dans le nom de son prédécesseur: la Communauté économique européenne.

    Ce document historique a été créé par la Banque centrale européenne qui imprime la monnaie unique européenne. Il a ouvert la voie à une coopération plus étroite entre les États membres dans les domaines de la politique étrangère et de la sécurité, de la justice et des affaires intérieures.

    Bien que le succès initial ait permis au bloc de doubler son nombre d'adhérents à 28 États membres, au moment où l'UE atteignait officiellement la «majorité», la crise économique mondiale de 2009 a finalement révélé les profondes lacunes du concept d'«États-Unis d'Europe». Pendant ce temps, la tourmente du Printemps arabe et ses conséquences à long terme se sont transformées en une crise migratoire persistante en Europe, faisant du Royaume-Uni le premier État membre de l'UE à se retirer du bloc en 2019, permettant ainsi à des voix critiques de se renforcer au sein de l'Union.

    «Sans aucune responsabilité démocratique»

    «Le traité de Maastricht marquait le début de la fin de l'État-nation en Europe, mais il était admiré par les grandes entreprises, la bureaucratie européenne à Bruxelles et celle de l'axe Berlin-Paris, qui pensaient pouvoir gouverner toute l'Europe par le biais d'une bureaucratie sans aucune responsabilité démocratique», a déclaré à Sputnik Rodney Atkinson, commentateur politique et universitaire. «De nombreux dirigeants européens se sont vantés de n'avoir jamais pu réaliser ce "pays appelé l'Europe" par des moyens démocratiques», a-t-il poursuivi.

    «Je ne pense pas que l'UE puisse être réformée. Son déficit démocratique est énorme, délibérément, car la bureaucratie n'aurait pas pu construire cette Europe avec des échecs qui, dans les pays démocratiques, n'auraient pas été tolérés par des personnes libres et des hommes politiques responsables devant elles».

    L'euro est-il une cause perdue?

    Six ans après l'entrée en vigueur du traité de Maastricht en 1993, les États membres de l'UE ont créé la zone euro et adopté une monnaie unique.

    Étant donné que l'euro est une monnaie fiduciaire, c'est-à-dire qu'il est pris en charge non pas par une marchandise physique, mais par le gouvernement qui l'émet, tout comme le dollar américain, certains observateurs affirment qu'il n'a pas de valeur en soi et qu'il est condamné à s'effondrer.

    M.Atkinson, auteur de deux ouvrages sur la création et la gouvernance de l'UE, qualifie l'euro de «politique la plus destructrice sur le plan économique et démocratique de l'UE».

    Il note qu'il est difficile de quitter la zone euro pour des raisons économiques, citant les effets dévastateurs de l'instabilité financière en Espagne et en Grèce. Ses prévisions pour la monnaie unique européenne sont tout sauf optimistes. «L'euro s'effondrera comme les autres unions monétaires, mais il est difficile de savoir quand la souffrance et l'inégalité atteindront un niveau tel que des politiques révolutionnaires forceront les gouvernements nationaux à partir».

    «L'euro souffre de carences économiques et éthiques. Par exemple, il perd son pouvoir d'achat au fil du temps, il provoque une redistribution arbitraire des revenus et de la richesse entre les personnes, il provoque des cycles d'expansion et de ralentissement», a déclaré le professeur Thorsten Polleit, conseiller économique du P&R Real Value fund.

    Selon lui, le rôle décroissant des gouvernements nationaux est le même problème pour la politique monétaire que pour la politique européenne.

    «La politique monétaire de la Banque centrale européenne constitue de facto une grande redistribution des revenus et de la richesse entre les citoyens des États-nations et entre les États-nations sans l'approbation explicite des parlements nationaux».

    Il insiste sur le fait que le coût du «sauvetage» de l'euro, par le biais de l'impression de nouveaux billets, s'accroîtra avec le temps, augmentant inévitablement la probabilité que des habitants de certains pays cherchent à sortir de la zone euro.

    «En bref, je pense que la survie de l'euro dans sa composition actuelle n'est en aucun cas un fait accompli», a-t-il poursuivi.

    Renoncer à la souveraineté en faveur de Bruxelles

    Cela vient s'ajouter à ce qu'il a décrit comme la corruption croissante du projet d'intégration. «Aujourd'hui, l'idée sous-jacente à la base des gouvernements et des bureaucrates de nombreux États-nations est de former quelque chose du genre: "Les États-Unis d'Europe", centralisant de plus en plus les pouvoirs politiques à Bruxelles».

    «En fait, il faut craindre que cela ne provoque des conflits de plus en plus graves, à la fois au sein des États-nations comme entre eux», a-t-il averti, soulignant que le seul moyen de sauver l'UE est de «la réduire» en une zone de libre-échange composée d'États-nations pleinement souverains.

    Theodora Kostakopoulou, membre du comité scientifique de l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne (FRA), estime quant à elle que les faiblesses du bloc sont principalement liées à des luttes de pouvoir et peuvent être corrigées par de nouvelles réformes.

    Selon Michael J. Geary, professeur associé d'histoire moderne à l'Université norvégienne de sciences et de technologie, bien que tous les États membres aient généralement bénéficié du marché unique, des pays comme l'Italie, le Portugal, l'Espagne et la Grèce, certaines des économies les plus en difficulté de l'UE, affectés par les mesures d'austérité imposées par Bruxelles, n'auraient pas dû adhérer à l'euro sans être soumis à une surveillance politique appropriée.

    «Du côté monétaire de l'UEM (Union économique et monétaire) de Maastricht, nous avons constaté de nombreux inconvénients, car les pays ne pouvaient plus dévaluer leur monnaie et devaient accepter des règles de Bruxelles qui étaient parfois difficiles pour certains d'entre eux», a-t-il confié à Sputnik.

    Il est également difficile pour les États membres de l'UE de maintenir un équilibre lorsqu'il s'agit d'exprimer des opinions politiques sur un vaste programme. Les petits pays, comme le Luxembourg et la Belgique, estime le professeur, se sentent confiants dans les conditions d'un pouvoir accru au centre parce que cela affaiblit la voix des grands États. Mais les membres de l'UE, comme le Royaume-Uni, ne se sont pas contentés de perdre leur influence.

    Et cette attitude a amené le Royaume-Uni à décider que les inconvénients l'emportaient sur ses avantages, ajoute-t-il. «Pour la première fois de l'histoire de l'UE, nous sommes maintenant dans une étape où un pays n'aime pas les règles du jeu, ni les règles de participation; et il a décidé de faire les choses différemment en quittant ce club».

    «Il existe de nombreuses options de soft power que vous avez au sein de cette organisation plus large. Mais pour une organisation telle que l'Union européenne, les inconvénients sont naturels et c'est une organisation unique à cet égard, vous devez abandonner la souveraineté nationale pour pouvoir prendre des décisions centralisées. Il y a une tension qui existe depuis les années 1960. Certains pays l'ont accepté, pour d'autres, comme le Royaume-Uni, il a été plus difficile à avaler la pilule en cédant leur souveraineté de Westminster à Bruxelles».

    Tags:
    euro, économie, politique, Traité de Maastricht, Union européenne (UE), Royaume-Uni, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik