International
URL courte
53682
S'abonner

Près de 150 djihadistes français seront rapatriés de Syrie sous contrôle américain dans quelques semaines. Leur retour devrait être organisé à bord de deux avions états-uniens, selon des médias.

150 djihadistes français arrêtés en Syrie et détenus par les Kurdes sont concernés par l'opération de rapatriement qui sera entièrement organisée par les forces américaines présentes dans le pays. Le premier avion états-unien rapatriant les djihadistes français doit atterrir en France dans quelques semaines, selon BFM TV.

L'annonce du retour de ces Français, une première pour le pays, mais les autorités françaises y travaillent dans le plus grand secret. Un peu moins de 150 personnes sont concernées par ce transfert, parmi lesquels un tiers d'adultes, hommes et femmes, et deux tiers d'enfants, dont certains en bas âge. Ce chiffre pourrait encore changer, précise la chaîne de télévision. Les militaires américains les raccompagneront jusqu'en France.

Le transfert des détenus, dont certains sont soupçonnés d'avoir combattu dans les rangs de Daech* ou d'avoir entretenu des liens avec les terroristes, devrait se faire à bord de deux avions, à deux semaines d'intervalle. Le second convoi serait composé en grande majorité de mineurs.

Un fois en France, les personnes faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international seront aussitôt présentées à un juge et mises en examen. Les autres seront d'abord placées en garde à vue. Chaque dossier sera étudié par la justice au cas par cas, ajoute BFM TV. Les enfants seront pris en charge par les services sociaux.

* Organisation terroriste interdite en Russie

 

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Poutine rhabille un militaire palestinien en pleine cérémonie – vidéo
Comment Téhéran pourrait faire s’effondrer les marchés américains
Tags:
retour, djihadisme, Etat islamique, États-Unis, France, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik