Ecoutez Radio Sputnik
    Nord Stream 2

    Nord Stream 2: pour Die Zeit, c'est un «œuf de coucou» ayant engendré un «dragon»

    © Photo. Nord Stream 2/Axel Schmidt
    International
    URL courte
    Gazoduc Nord Stream 2 (182)
    12632

    Le gazoduc Nord Stream 2, récemment devenu la cause de divergences au sein de l’UE, notamment entre la France et l'Allemagne, est un «œuf de coucou» ayant engendré un «dragon» pour l’Allemagne, écrit un hebdomadaire allemand.

    L'Allemagne a reçu des mains de l'ancien chancelier Gerhard Schröder un «œuf de coucou» qui a engendré un «dragon» de divergences avec d'autres pays européens dont les Allemands ne peuvent pas se débarrasser, à savoir le projet Nord Stream 2, écrit l'hebdomadaire Die Zeit.

    «Pendant trop longtemps, ils ont torpillé toutes les tentatives de la Commission européenne visant à normaliser la politique gazière de l'UE. Bien trop tard, ils ont commencé à réfléchir à des contrats compensatoires pour l'Ukraine. Ils ont trop longtemps compté sur la solidarité de la France», regrette l'auteur.

    «L'aventure Nord Stream 2 devient de plus en plus chère pour les Allemands», non pas économiquement, mais politiquement, lit-on dans les pages de Zeit. Sur le plan économique, le pipeline compte beaucoup, la Russie étant un important fournisseur de gaz pour l'Allemagne et l'Europe. Il existe déjà plusieurs gazoducs, dont l'ukrainien et, éventuellement, le Nord Stream 1, construit dans les années 2000, qui doivent être modernisés. Une nouvelle ligne est une option de livraison supplémentaire, mais elle n'augmente pas la dépendance vis-à-vis du grand producteur de gaz qu'est la Russie. L'Europe a beaucoup trop de choix parmi les grands pays fournisseurs tels que la Norvège, les Pays-Bas, l'Algérie, l'Azerbaïdjan et peut-être Chypre, l'Égypte et Israël. Chaque ligne supplémentaire augmente la sécurité d'approvisionnement, conclut le média.

    La Pologne mène une campagne contre le Nord Stream 2, que Berlin a sous-estimé depuis longtemps. Varsovie fait valoir que le pipeline ukrainien volera des milliards de frais de transit. En réalité, la Pologne elle-même veut devenir un pôle énergétique, note l'article. Un gazoduc en provenance de Russie passe depuis longtemps par la Pologne (en contournant l'Ukraine). À présent, les Polonais construisent, grâce au financement européen, un «pipeline Baltique» allant de la Norvège à la Pologne. Pendant ce temps, Varsovie cherche à pousser Washington à imposer finalement des sanctions américaines contre le Nord Stream 2.

    Les États-Unis, pour leur part, veulent empêcher la construction du Nord Stream 2 et fournir eux-mêmes du gaz naturel liquéfié à l'Europe. L'administration Trump tente d'encourager et de renforcer le front contre le Nord Stream 2 au sein de l'UE.

    Une résolution appelant à arrêter la construction de ce gazoduc devrait être adoptée lors de la prochaine session de la commission des affaires étrangères du Sénat américain.

    L'Allemagne et la France ont failli sombrer cette semaine dans un violent conflit à cause du Nord Stream 2, en construction entre la Russie et l'Allemagne. Un projet de nouvelle directive européenne sur le gaz visait à empêcher l'exploitation du gazoduc appartenant à Gazprom. La France a d'abord menacé d'accepter cette option. Un compromis franco-allemand a été scellé vendredi.

    Dossier:
    Gazoduc Nord Stream 2 (182)

    Lire aussi:

    Téhéran estime que Washington a abattu l'un de ses propres drones par erreur
    L’Iran rappelle aux États-Unis leur situation géographique
    Merkel réagit aux doutes sur ses capacités à diriger suite à ses crises de tremblements
    Tags:
    gazoduc, gaz, Nord Stream 2, Die Zeit, Union européenne (UE), Gerhard Schröder, Pologne, France, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik