International
URL courte
624
S'abonner

Après l’indignation des internautes autour de son silence sur le manifestant mutilé devant l’Assemblée nationale lors de l’acte 13, Christophe Castaner a affirmé qu'il regrettait que l'homme ait été blessé et qu'une enquête judiciaire était en cours.

Une enquête judiciaire a été ouverte dès le lendemain sur les circonstances de l'incident durant lequel un homme a perdu sa main lors de la manifestation des Gilets jaunes à Paris, a annoncé Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur.

«L'opération a été longue ce matin, c'est un travail méticuleux, c'est une blessure grave que je regrette», a déclaré M.Castaner pour France Inter, Franceinfo et Le Monde ce dimanche matin.

Le ministre de l'Intérieur a confirmé que l'homme qui a eu une main arrachée samedi lors de l'acte 13 des Gilets jaunes à Paris a été opéré.

«On a déclenché immédiatement une enquête judiciaire pour comprendre ce qui s'est passé», a précisé le ministre. De son côté, le parquet de Paris a indiqué avoir ouvert dès samedi une enquête pour rechercher les causes des blessures graves.

Précédemment, les internautes ont reproché à M.Castaner d'avoir prêté attention à l'incendie volotaire d'une voiture de la mission Sentinelle plutôt qu'à la blessure grave de cet homme.    

De nombreuses versions de ce qui s'est réellement passé devant l'Assemblée nationale circulent dans la presse et sur les réseaux sociaux. Plusieurs personnalités politiques et commentateurs ont déploré une nouvelle mutilation, dont les circonstances ont été mises en doute. Certains médias affirment que ce n'était pas un manifestant des Gilets jaunes, mais un journaliste car il ne portait pas de gilet jaune mais un brassard au bras.

Lire aussi:

Natacha Polony: «Il y a eu un recul des libertés individuelles et publiques depuis un an qui est majeur» - vidéo
Nicolas Maduro lance un ultimatum à l’Union européenne
Blessé par balle en pleine rue, le rappeur Crim’s en pronostic vital engagé dans le Val-de-Marne
Tunisie, le bateau ivre
Tags:
blessure, Christophe Castaner, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook