International
URL courte
3132
S'abonner

Une vedette des garde-côtes chinois est entrée dans la zone d’accostage des îles Senkaku situées en mer de Chine orientale, selon les autorités japonaises. La Chine n’a pour l’instant pas encore commenté ces informations.

Quatre bateaux de patrouille chinois se sont approchés, le 11 février, des îles administrées par le Japon sous le nom de Senkaku et revendiquées par Pékin sous celui de Diaoyu, en mer de Chine orientale, rapporte la chaîne japonaise NHK, citant les garde-côtes.

Selon NHK, une vedette faisant parti du groupe naval a pénétré dans les eaux territoriales japonaises.

Une cellule de crise a été mise en place suite à l'incident pour recueillir davantage d'informations et suivre son déroulement.

Pékin n'a pour l'instant pas encore commenté ces informations.

La Chine et le Japon ont un différend de longue date concernant des îles en mer de Chine orientale contrôlées par le Japon — qui les reconnaît sous le nom de «Senkaku» — mais dont Pékin revendique la souveraineté sous l'appellation d'îles «Diaoyu».

Le Japon affirme occuper ces îles depuis 1895. Selon Pékin, les Diaoyu étaient déjà marquées en tant que territoire chinois sur les cartes japonaises datant de 1783 et 1785. Après la Seconde Guerre mondiale, les îles se sont retrouvées sous contrôle américain et ont été transférées au Japon en 1972.

Tokyo et Pékin s'étaient mis d'accord, en juin 2008, pour coopérer sur le pétrole et le gaz dans cette région, mais les négociations se sont arrêtées deux ans plus tard à la suite de tensions croissantes qui n'ont pas cessé depuis.

Lire aussi:

Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Agriculteur en colère: marre des «écolo-bobos donneurs de leçons»
Assassinat de Mohsen Fakhrizadeh: un temps Mossad à Téhéran
Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Tags:
garde-côtes, Îles Senkaku (Diaoyutai), mer de Chine orientale, Japon, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook