Ecoutez Radio Sputnik
    George Soros

    Soros compare l’UE à l’URSS et la met en garde contre un possible démantèlement

    © AP Photo / Olivier Hoslet, Pool Photo
    International
    URL courte
    38736
    S'abonner

    Le milliardaire américain d’origine hongroise endosse à nouveau le rôle du partisan de l’intégration européenne. En évoquant le destin de l’URSS, il a appelé l’Europe à se réveiller «avant qu’il ne soit trop tard».

    Dans l'article «Europe, réveille-toi, s'il te plaît», publié par l'organisation Project Syndicate, le milliardaire George Soros a appelé l'Europe à «se réveiller avant qu'il ne soit trop tard». Selon lui, l'Union européenne risque de suivre un scénario semblable à celui du démantèlement de l'URSS.

    «L'Europe est en marche vers sa dissolution et les peuples européens doivent se réveiller avant qu'il ne soit trop tard. S'ils ne le font pas, l'Union européenne suivra la voie de l'Union soviétique», écrit-il.

    Selon M.Soros, les élections européennes du 26 mai seront un moment charnière. Il estime que «les forces anti-européennes auront des avantages compétitifs lors du vote» et ce pour différentes raisons, incluant le système de partis politiques dans les pays européens ainsi que le manque de capacité de l'UE à garantir le respect de sa législation au niveau national.

    «Il est difficile d'imaginer comment les partis pro-européens peuvent sortir gagnants de l'élection de mai, à moins qu'ils ne placent les intérêts de l'Europe avant les leurs», ajoute-t-il.

    Le milliardaire indique également qu'il faut «préserver l'UE afin de la réinventer radicalement».

    «Le leadership actuel rappelle le politburo qui continuait à passer des oukases en s'imaginant que ceux-ci étaient toujours pertinents… alors que l'URSS avait déjà éclaté», précise-t-il.

    Ce n'est pas la première fois que le milliardaire endosse ce rôle de partisan de l'intégration européenne. Il a notamment soutenu l'organisation Best for Britain qui cherchait à empêcher le Brexit en prônant l'organisation d'un nouveau référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

    Par la suite, certains médias britanniques, dont The Daily Mail et The Telegraph, ont accusé le milliardaire «d'ingérence dans les affaires» du Royaume-Uni.

    Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, lui reproche également de s'être immiscé dans les affaires intérieures hongroises, pays dont M.Soros est originaire. À l'approche des législatives locales, Budapest a en effet déclaré que celui-ci avait embauché environ 2.000 personnes dans le but d'influer sur les élections.

    Les fondations de George Soros sont également critiquées par le gouvernement hongrois concernant leur politique migratoire. En juin, le parlement a adopté la loi dite «Stop Soros»: celle-ci impose une taxe de 25% sur les revenus des ONG d'aide aux migrants ainsi qu'une peine d'un an de prison en cas d'assistance à l'entrée illégale en Hongrie. Les responsables de l'Open Society Foundations (OSF) de George Soros ont par conséquent porté plainte devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH).

    En 2015, les fondations appartenant à George Soros ont été inscrites sur la liste des organisations «indésirables» en Russie. Selon le parquet général russe, leurs activités représentent une menace pour l'ordre constitutionnel.

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    Le Kremlin dévoile qui a interrompu le tête-à-tête entre Poutine et Zelensky à Paris
    Envoyé par erreur par la poste, un chat passe plus d’une semaine dans un colis
    Tags:
    partis politiques, élections européennes 2019, Union européenne (UE), George Soros, Royaume-Uni, URSS, Hongrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik