International
URL courte
979
S'abonner

La compagnie Emirates a modifié sa commande auprès d’Airbus, remplaçant un lot de A-380 par des long-courriers A330neo et A350. Suite à cette décision, l’avionneur européen a annoncé que les livraisons de son gros porteur cesseraient en 2021.

Airbus a annoncé la fin de la production de l'A380, son vaisseau amiral dont les livraisons cesseront en 2021, a annoncé Tom Enders dans un communiqué jeudi, après que la compagnie Emirates a décidé de réduire ses commandes de 39 A380.

«La conséquence de cette décision est que notre carnet de commandes n'est plus suffisant pour nous permettre de maintenir la production de l'A380, a déclaré Tom Enders, cité par l'AFP. Cela mettra un terme aux livraisons d'A380 en 2021». Emirates remplace cette commande par une autre pour 40 A330neo et 30 A350.

Au total, Emirates réduit son carnet de commandes d'A380 de 162 à 123 appareils, précise Reuters.«Les conséquences de cette décision sont en grande partie intégrées dans nos résultats financiers 2018», ajoute-il. Les résultats du groupe doivent être annoncés ce jeudi matin dans la foulée.

Airbus précise qu'il engagera des discussions avec ses partenaires sociaux dans les semaines à venir concernant les 3.000 à 3.500 postes susceptibles d'être affectés par cette décision dans les trois prochaines années.

Toutefois, l'actuelle montée en cadence de l'A320 et la nouvelle commande de gros-porteurs d'Emirates offriront de nombreuses possibilités de mobilité interne, ajoute le constructeur aéronautique.

L'Airbus A380, l'avion de ligne le plus gros du monde, est entré en exploitation il y a 12 ans.

Lire aussi:

Plus de 20.000 manifestants pour réclamer justice pour Adama, des gaz lacrymogènes tirés
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Violent incendie dans le IIe arrondissement de Paris - vidéo
Moscou réagit à l'attaque de la police US contre une journaliste de Sputnik
Tags:
Airbus A380, Emirates Airlines, Airbus Group, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook