Ecoutez Radio Sputnik
    Rome

    Forbes: les retombées économiques pour Rome et Paris pourraient être pires que prévu

    © Sputnik . Alexander Vilf
    International
    URL courte
    7614

    Ces derniers mois, Paris et Rome traversent une crise diplomatique qui aurait pu atteindre un point alarmant, analyse Forbes dans un article publié le 13 février. D’après le média, même si la décision de la France de rappeler son ambassadeur en Italie peut être «momentanée» et «métaphorique», les conséquences économiques seraient «bien réelles».

    Les répercussions économiques suite aux relations assez tendues observées actuellement entre l'Italie et la France pourraient être pires que prévu, écrit le magazine américain Forbes dans un article. Comme l'indique son auteur, quelques aspects sont déjà visibles.

    «Certains aspects économiques se développent déjà. Après les derniers événements entre Paris et Rome, Air France a décidé de reconsidérer son rôle dans le plan de sauvetage d'Alitalia. La compagnie aérienne française ne participerait plus au plan de sauvetage pour des "raisons politiques et institutionnelles", selon le journal économique italien Il Sole 24 Ore», lit-on dans le magazine.

    L'auteur de l'article précise qu'aujourd'hui «l'avenir de la société italienne est de moins en moins clair, tout comme celui de l'Italie vers lequel elle se dirige si elle continue à défier ses alliés européens».

    Et ce n'est qu'un exemple. D'après l'article, les deux pays partagent depuis longtemps de forts liens économiques qui ont rapporté 76,6 milliards d'euros en 2017. La France est l'un des pays les plus présents en Italie et contrôle 1.900 entreprises pour 250.000 employés. L'Italie, quant à elle, gère un peu plus de 1.000 entreprises dans l'Hexagone.

    Le jeudi 7 février, la France a rappelé son ambassadeur en Italie après une série de déclarations «outrancières» de responsables italiens et la rencontre entre des Gilets jaunes et le vice Premier-ministre Luigi Di Maio.

    Lire aussi:

    Une nouvelle fusillade meutrière endeuille une cité de Seine-Saint-Denis
    Macron estime que ce n'est pas que lui qui a été sifflé le 14 juillet - vidéo
    «Kim Jong-un» charrie les armes françaises et s’invite au défilé du 14 juillet à Paris - vidéo
    Tags:
    crise, entreprise, commerce, relations diplomatiques, relations économiques, économie, gilets jaunes, Alitalia, Air France, Luigi di Maio, Italie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik