Ecoutez Radio Sputnik
    Le Premier ministre d'Albanie aspergé d'encre au Parlement

    Le Premier ministre d'Albanie aspergé d'encre au Parlement (vidéo)

    © REUTERS / STRINGER
    International
    URL courte
    6101
    S'abonner

    Après avoir été attaqué avec des œufs au Parlement en décembre, le Premier ministre albanais a de nouveau été pris pour cible. Deux jours avant une manifestation de l’opposition, visant à demander la démission du chef de l’État et la tenue de législatives anticipées, Edi Rama a ainsi été aspergé d'encre par un opposant en plein débat.

    Un député de l'opposition de droite a projeté de l'encre sur le Premier ministre albanais, Edi Rama, qui assistait aux débats au Parlement jeudi.

    Sur les images diffusées en direct par les télévisions locales, l'élu du Parti démocratique, Edi Paloka, se précipite vers le socialiste Edi Rama, une seringue pleine à la main. L'«agresseur» en question, le vice-président du Parlement, asperge alors le visage du chef du gouvernement, avant d'être maîtrisé par des membres du service de sécurité.

    Cet incident survient deux jours avant une manifestation que des observateurs craignent tendue, organisée par le Parti démocratique pour demander la démission d'Edi Rama et la tenue de législatives anticipées.

    Une enquête a été ouverte et Edi Paloka sera exclu de tout débat parlementaire pendant dix jours, ont annoncé les services du Parlement.

    Avant cet incident, la séance s'était tenue dans une ambiance tendue, le chef de l'opposition, Lulzim Basha, accusant Edi Rama d'avoir plongé ce petit pays pauvre des Balkans dans la corruption. C'est quand le Premier ministre a entrepris de lui répondre qu'il a été aspergé.

    Edi Rama a réagi sur son compte Instagram en citant Albert Einstein: «Deux choses sont infinies, l'univers et la bêtise humaine», a-t-il écrit, ajoutant que l'opposition de droite avait choisi de prendre le visage de «la bêtise humaine universelle».

    Au mois de décembre, Edi Rama avait été attaqué avec des œufs par l'opposition, lors d'un débat animé au Parlement. Dans le contexte des manifestations étudiantes, il n'avait pas voulu négocier avec les députés de l'opposition, sous prétexte qu'il préférait le faire avec les étudiants.

    Tags:
    débats, parlement, incident, opposition, Edi Rama, Albanie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik