International
URL courte
17472
S'abonner

«C'est une trahison de la sécurité des alliés européens». Un ancien président du Comité militaire de l'Otan a vivement critiqué la résiliation par les États-Unis du traité FNI, qui est très dangereux pour l’Europe, selon lui.

Le retrait des États-Unis du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) est très dangereux pour l'Europe, a déclaré Harald Kujat, ancien président du Comité militaire de l'OTAN, dans une interview accordée à la radio allemande Bayern 2.

Il a vivement critiqué la résiliation par les États-Unis du traité FNI. «C'est une trahison de la sécurité des alliés européens», estime-t-il.

Les États-Unis ont également renoncé à leurs engagements envers ses alliés en Europe, selon lui.

Le général, désormais à la retraite, estime que les conséquences seront graves: «Tout ce qu'on aura après le FNI sera pire que ce qu'on a aujourd'hui». Dans le même temps, il espère que le traité peut encore être sauvé. Il faut pour cela revenir aux inspections réciproques, suspendues en 2001.

Le conseiller du ministre états-unien de la Défense Guy Robert a déclaré vendredi que les États-Unis étaient prêts au dialogue sur le contrôle des armements, mais que la Russie et la Chine n'y étaient pas ouvertes.

Le 1er février, les États-Unis ont annoncé qu'ils cesseraient dès le lendemain de respecter le Traité FNI, signé en 1987 par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev, et qu'ils s'en retireraient officiellement au bout de six mois, sauf si Moscou cessait de violer l'accord.

En réponse au retrait unilatéral des États-Unis, la Russie a suspendu elle aussi sa participation au traité. Parallèlement, le Président russe a donné son feu vert à la création d'une fusée hypersonique terrestre de moyenne portée. Le FNI concerne l'élimination de tous les missiles de croisière et missiles balistiques américains et russes lancés depuis le sol et ayant une portée se situant entre 500 et 5.500 km. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que les USA avaient violé les dispositions de l'accord à plusieurs reprises depuis 1999.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Tags:
Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), Union européenne (UE), Harald Kujat, Europe, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook