International
URL courte
340
S'abonner

C’était sa grande promesse de campagne: «Construisez le mur». Suite aux blocages parlementaires et pour éviter un second shutdown, le Président va bientôt déclarer l'urgence nationale afin de construire cette barrière frontalière, alors même qu’il avait fustigé Obama, en 2014, pour le recours à ce pouvoir.

Le 14 février, le Président américain a évoqué l'urgence nationale pour que le mur à la frontière mexicaine commence à être érigé. La Maison-Blanche a également confirmé le prochain recours à ce pouvoir exceptionnel.

Toutefois, des internautes ont exhumé un tweet datant de 2014: à cette époque, M. Trump n'était pas le plus fervent défenseur de l'urgence nationale.

«Les républicains ne doivent pas permettre au Président Obama d'utiliser la constitution américaine pour son propre bénéfice et parce qu'il est incapable de négocier avec le Congrès», écrivait le milliardaire. Celui-ci faisait référence à la décision de son prédécesseur de se passer de l'accord du parlement pour accorder un statut temporaire légal à des migrants déjà présents sur le sol américain.

Des parodies ont fait suite à la redécouverte de ce tweet.

«Les démocrates ne doivent pas permettre au Président Trump d'utiliser la constitution américaine pour son propre bénéfice et parce qu'il est incapable de négocier avec le Congrès», lit-on dans un tweet.

Le 25 janvier, Donald Trump a proposé de relancer jusqu'au 15 février les activités du gouvernement, et ce sans régler la question de l'allocation de 5,7 milliards de dollars (5 milliards d'euros) pour la construction du mur à la frontière avec le Mexique. Faute d'accord avec le Congrès au sujet du financement de ce projet, le shutdown «repartira de plus belle», a souligné le locataire de la Maison-Blanche.

L'administration des États-Unis a été partiellement bloquée le 22 décembre, après que les Démocrates aient refusé d'inclure le coût de la construction du mur dans le budget de l'année 2019. Ce shutdown a été le plus long de l'histoire des États-Unis.

Lire aussi:

Ayant fait le tour des réseaux sociaux, ces jaunes d’œufs étonnants attirent l'attention de chercheurs- vidéo
Elle refuse de porter un masque, son interpellation dégénère - vidéo
«On peut le dire haut et fort, Didier Raoult se trompe!»: l’hydroxychloroquine à nouveau désapprouvée dans une étude
«Un scandale absolu»: Jean-Michel Aulas en colère face au foot français à l’arrêt
Tags:
tweet, Barack Obama, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook