Ecoutez Radio Sputnik
    Un militaire US à la frontière entre les États-Unis et le Mexique

    Trump confirme qu'il va décréter l'urgence nationale à la frontière avec le Mexique

    © AP Photo / Gregory Bull
    International
    URL courte
    4102
    S'abonner

    Pour débloquer des fonds supplémentaires et construire un mur à la frontière mexicaine, Donald Trump a confirmé vendredi qu'il décréterait l'urgence nationale.

    Le Président Donald Trump a confirmé vendredi qu'il allait décréter l'urgence nationale pour débloquer des financements supplémentaires afin de construire son mur à la frontière avec le Mexique, initiative suscitant des désaccords tant chez les Démocrates que chez les Républicains.

    Le compromis bipartisan, adopté jeudi par les deux chambres du Congrès, propose de débloquer 1,37 milliard de dollars pour financer la construction de 88,5 km de «nouvelles barrières physiques» à la frontière.

    Selon une source proche du dossier, la Maison-Blanche a identifié quelque 2,7 milliards de dollars déjà attribués qui pourront être réorientés sur le projet de mur dans le cadre de cette urgence nationale, indique l'AFP.

    Le 25 janvier, Donald Trump a proposé de relancer jusqu'au 15 février les activités du gouvernement, et ce sans régler la question de l'allocation de 5,7 milliards de dollars (5 milliards d'euros) pour la construction du mur à la frontière avec le Mexique. Faute d'accord avec le Congrès au sujet du financement de ce projet, le shutdown «repartira de plus belle», a souligné le locataire de la Maison-Blanche.

    L'administration des États-Unis a été partiellement bloquée le 22 décembre, après que les Démocrates ont refusé d'inclure le coût de la construction du mur dans le budget de l'année 2019. Ce shutdown a été le plus long de l'Histoire des États-Unis.

    Tags:
    fonds, annonce, urgence, frontière, construction, mur, Parti républicain des Etats-Unis, Parti démocrate des Etats-Unis, Donald Trump, Mexique, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik