Ecoutez Radio Sputnik
    Un drone (image d'illustration)

    L'Occident devrait-il se méfier des nouveaux drones russes? (images)

    © Sputnik . Ilia Pitalev
    International
    URL courte
    5410

    La Russie est en train de tester le drone d’attaque Okhotnik, conçu pour déjouer les défenses de l’ennemi. Il devrait entrer en service cette année avec d’autres modèles similaires. Mais peut-il remettre en cause l’hégémonie occidentale dans ce domaine, s’interroge RT.

    Le nouveau drone de combat furtif Okhotnik (Chasseur) effectuera son premier vol d'essai dans un «avenir proche», a déclaré vendredi le ministre russe de l'Industrie et du Commerce, Denis Manturov. L'armée a annoncé précédemment qu'elle commencerait à recevoir cette année de nouveaux drones d'attaque et de reconnaissance ultramodernes.

    Alors que le Pentagone utilise énormément d'appareils sans pilotes tel que le MQ-1 Predator afin de repérer et de frapper des cibles dans des endroits comme le Moyen-Orient et l'Afghanistan, Moscou espère désormais s'améliorer dans ce domaine, signale RT.

    Environ 70 drones russes ont déjà été déployés en Syrie. L'armée affirme que leur mission a été couronnée de succès, les modèles Forpost et Orlan-10 ayant repéré plus de 47.000 cibles ennemies.

    La Russie n'a pas encore d'appareils sans pilotes à part entière. L'Okhotnik devrait changer cela. Développé par l'avionneur Sukhoi, il pèse 25 tonnes au décollage et dispose d'une autonomie opérationnelle de 5.000 km. Les premières images, divulguées le mois dernier, montraient un appareil de type aile volante sur une piste d'atterrissage lors d'essais.

    Des médias ont laissé entendre que ce drone serait non seulement efficace lors de missions en solitaire, mais également lorsque associé au dernier-né des chasseurs à réaction furtifs supersoniques de cinquième génération, le Su-57. Il est prévu que l'avion participe aux combats après que le drone a «pénétré» dans les défenses anti-aériennes ennemies, a-t-on appris en janvier. Le drone serait «contrôlé» par l'équipage du jet.

    Un autre appareil sans pilote mis en service cette année est l'Orion. Connu sous le nom de Type 90 lors de sa phase de production, ce drone moyen pèse environ 1.000 kg. Il est capable d'effectuer des vols 24 heures sur 24 et de frapper des cibles avec des missiles guidés, ainsi que de larguer des bombes de 25 et de 50 kg. L'appareil a été présenté l'année dernière lors d'une exposition sur les armes et a été soumis à des essais en Syrie.

    De par leurs dimensions, l'Orion deviendrait le concurrent direct du drone américain Predator, alors que l'Okhotnik peut être comparé aux prototypes Boeing X-45 et Northrop Grumman X-47B.

    Un drone Orion à l'expo 2018
    © Sputnik . Alexey Filippov
    Un drone Orion à l'expo 2018

    En outre, les efforts de la Russie pour obtenir des drones sophistiqués ont été récompensés lors de la campagne aérienne de Syrie, où ils ont «apporté une contribution significative» à la détermination des cibles ainsi qu'à la surveillance, a expliqué l'expert militaire Alekseï Leonkov, cité par RT.

    Lire aussi:

    L’humoriste proche de Macron Yassine Belattar a été placé en garde à vue
    Plusieurs Roms lynchés dans les banlieues de Paris pour des fausses rumeurs (vidéos choc)
    Souveraineté d’Israël sur le Golan: Riyad commente la décision de Trump
    Tags:
    avion, drone, armée, MQ-1 Predator (drone), Okhotnik-B, Orion, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik